/news/society
Navigation

Le Village gai veut se refaire une beauté

Coup d'oeil sur cet article

Le Village gai à Montréal n'est plus ce qu'il était, et la pandémie a donné un coup dur à ce quartier déjà aux prises avec des problèmes socioéconomiques. Toutefois, la communauté qui y vit a bien l’intention de renverser cette tendance.

Durant l’été, le plus grand village 2SLGBTQ+ au monde attire des millions de visiteurs et de touristes, mais depuis quelques années, cette effervescence est en déclin. La pandémie n'a fait qu'accélérer cette dynamique.

Devant la situation, l'équipe de développement commercial Village Montréal a déposé un manifeste pour la vitalité socioéconomique du quartier, basé sur un rapport ethnographique assez révélateur.

«On a creusé ça en profondeur et on a identifié des priorités. Le sentiment de sécurité n’est pas au rendez-vous dans le Village. Toutes les clientèles 2SLGBTQ+ ont un fort sentiment d’appartenance avec le Village, mais, malheureusement, plusieurs de ces personnes-là viennent et se sentent mal accueillies et mal représentées», a expliqué JP Loignon, le président du conseil d’administration de Village Montréal.

La cohabitation avec les personnes en situation d’itinérance est particulièrement difficile, et la situation a été exacerbée par la crise sanitaire.

«C’est un problème complexe et ça prend des ressources spécialisées», a-t-il relevé.

«Il y a des éléments qui relèvent du gouvernement du Québec», a indiqué de son côté la députée solidaire de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé. «On a beau avoir une communauté qui est prête à se prendre en main, l’un des premiers défis, c’est la cohabitation, et il y a des gens dans le quartier qui ont besoin d’aide et d’accompagnement.»

Sur le plan économique, le Village n’a pas été épargné au cours des dernières années. Avec la pandémie de COVID-19, ce n’est pas plus facile pour les commerçants, si bien qu’une quarantaine de locaux sont actuellement à louer sur la rue Sainte-Catherine Est.

«Au-delà d’une vision commerciale de la rue Sainte-Catherine, il faut y voir un lieu de développement socioéconomique où l’inclusion est au cœur et où la diversité est honorée», a plaidé Mme Massé.

JP Loignon a rappelé que 17 000 nouveaux résidents s’installeront prochainement dans le secteur, et Village Montréal veut saisir cette occasion pour transformer positivement le visage du quartier.

«C’est très important pour nous de refaire notre mix commercial, d’avoir une offre qui est intéressante pour, oui, le touriste international, mais aussi d’avoir un milieu de vie local vibrant et intéressant qu’on a envie de fréquenter régulièrement», a-t-il dit.