/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: pas le moment de relâcher les mesures sanitaires, selon le Dr François Marquis

Coup d'oeil sur cet article

Si les chiffres du bilan de la COVID-19 semblent se stabiliser au Québec, il n’est pas encore temps de relâcher les mesures sanitaires, croit le Dr François Marquis. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Amélioration au Québec, budget en Ontario

• À lire aussi: 808 nouveaux cas et 10 décès supplémentaires au Québec

«Mon cœur voudrait que les gens puissent avoir un peu de liberté. Le problème, c’est que présentement, ce n’est pas le moment de le faire. On a à peine réussi à stabiliser les chiffres», affirme le chef de service des soins intensifs à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Il souligne également que si de telles mesures doivent être imposées, c’est entre autres parce qu’une partie de la population ne les respecte pas.

«L’autre élément, c’est que tout le monde doit faire des efforts extraordinaires pour compenser un peu le sabotage de certaines personnes», lance François Marquis.

«Si tout le monde se pliait aux besoins de notre société, en fait on aurait probablement pu annoncer un allègement des mesures. Mais le problème, c’est qu’il faut toujours que la masse souffre un peu plus parce qu’il y a des gens qui font fi des indications», ajoute le médecin.

Gyms, restaurants et karaoké

Concernant la réouverture des centres d’activités physiques et des restaurants, le Dr Marquis est d’accord avec le fait qu’ils demeurent fermés.

Il fait notamment le lien avec les karaokés.

«On se rappelle de l’impact du fameux karaoké à Québec. Chaque gym a la capacité de faire la même chose, donc on a un devoir de prudence, surtout à un moment où on est capable de maintenir un certain équilibre», dit-il.

Cet équilibre dans le système de santé est cependant précaire, prévient-il.

«Présentement, le système de santé, oui, on est capable de répondre à la demande, mais suffit qu’il y ait quelques éclosions dans des gyms où les gens vont aller, après ça, partir dans leur milieu d’autres éclosions pour que rapidement on perde le contrôle», met en garde le Dr François Marquis.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.