/sports/soccer/impact
Navigation

Une occasion à saisir

L’Impact grimperait au huitième rang avec une victoire mardi soir

MLS - Whitecaps FC c. Impact
Photo Martin Chevalier L’Impact pourra compter sur Jukka Raitala mardi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’Impact ne veut pas que le tapis lui glisse sous les pieds, il doit prendre sa destinée en main et l’emporter contre Nashville mardi soir.

Ce serait une façon comme une autre d’y parvenir même si l’équipe n’aura eu que deux jours de repos depuis son dernier match.

Résumons la situation. Le Bleu-blanc-noir a encore trois matchs à disputer et est actuellement neuvième dans l’Association Est de la MLS avec 23 points. Les 10 premières équipes de l’Est accèdent aux séries éliminatoires.

Une victoire mardi soir permettrait à l’Impact de ravir la huitième place à Nashville (25 points). Elle lui permettrait aussi de s’approcher à un point des Red Bulls de New York et de la septième position.

Qui plus est, elle permettrait à Thierry Henry et ses hommes de distancer Miami (21 points), Chicago (21 points), Atlanta (19 points) et le D.C. United (19 points).

Lutte serrée

Henry a remis les choses en perspective en soulignant, avec raison, que son équipe est engagée dans une lutte très serrée.

« Si on regarde toutes les équipes sauf peut-être Philadelphie, Toronto et Columbus, il y a sept ou huit clubs qui se tiennent à cinq points. C’est donc une course pour tout le monde et les derniers résultats pour plusieurs d’entre nous n’étaient pas très bons. »

La rencontre de mardi soir n’est donc pas plus cruciale à ses yeux que les précédentes ou celles à venir.

« Pour nous, c’est toujours un match qu’on doit gagner parce que ça devrait être comme ça à tous les matchs. » 

Diop de retour

À travers tous les blessés, Henry pourra compter sur le retour de deux soldats, soit Jukka Raitala et Clément Diop.

Le premier a terminé sa quarantaine après un séjour avec l’équipe nationale de Finlande alors que le second a aussi terminé sa période d’isolement après être allé en France pour des raisons personnelles.

Même si Raitala n’a peut-être pas son aplomb de la saison dernière, son retour dans l’unité défensive devrait faire du bien puisque le couloir gauche a drôlement pris l’eau en son absence, Jorge Corrales étant souvent dépassé par les événements.

Dans les buts, Henry n’a pas voulu révéler s’il donnerait le départ à Diop ou à James Pantemis, qui a amorcé les trois dernières rencontres de l’équipe. Il entend prendre la décision avec son entraîneur des gardiens.

Combien de défenseurs ?

Lors des deux dernières rencontres, Henry a opté pour une formation à cinq défenseurs et même si ces expériences ont été plus ou moins réussies, il a tenu à souligner les avantages d’une telle formation.

« Quand on joue avec cinq joueurs derrière, je l’ai expliqué 10 000 fois, c’est pour avoir des défenseurs plus haut et générer de l’attaque, et non pas pour défendre plus. »

Henry estime que malgré ses défauts, cette formation offre une contrepartie en attaque comme en défense.

« Il faut regarder comment on empêche les équipes de sortir, qu’on soit cinq ou quatre. Les équipes qui aiment contrôler le ballon ont du mal à jouer contre nous. »

Améliorer l’efficacité

Si on cherche une piste de solution pour que le Bleu-blanc-noir devienne plus efficace, il faut regarder le rendement dans le dernier tiers, et ce, à chaque bout du terrain.

« Un match se gagne dans les deux surfaces, a insisté Henry. Il faut être efficace dans sa surface et dans la leur, et on a un peu de mal sur cet aspect en ce moment. »

À cet égard, on peut souligner que l’équipe a cruellement manqué de finition lors du dernier match contre New York.

L’équipe s’est rendue coupable de six hors-jeu, ce qui est considérable. Chaque hors-jeu vient tuer une attaque et redonne surtout le ballon à l’adversaire.  

L’adversaire en 5 points 

Performances stables

Il faut remonter à la fin d’août pour recenser deux défaites d’affilée pour Nashville. Depuis cette période, l’équipe du Tennessee a perdu seulement deux fois en 13 matchs et présente une fiche de 5-2-6. Voilà une belle preuve de stabilité. 

Peu de buts

Nashville marque peu et se retrouve en avant-dernière place dans l’Est avec 19 buts inscrits en autant de rencontres cette saison. Par contre, la défense n’a cédé que 18 fois, ce qui n’est pas peu dire.

Visage connu

Les partisans de l’Impact vont reconnaître un visage avec Nashville puisque Daniel Lovitz patrouille le flanc gauche de la défense. Il est le troisième joueur le plus utilisé par Gary Smith avec 17 présences pour 1530 minutes.

Buts en comité

On l’a mentionné, Nashville marque peu de buts. De fait, aucun joueur ne se détache du lot et les trois meilleurs buteurs, Hany Mukhtar, Walker Zimmerman et Daniel Rios, ont seulement trois buts chacun. Notons que le premier est un milieu, le second un défenseur et le troisième un attaquant.

Willis se réinvente

Le vétéran gardien de but Joe Willis se réinvente avec Nashville après quelques saisons à Houston. Il mène la MLS en compagnie d’Andre Blake, de Philadelphie, avec huit blanchissages cette saison.