/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité de la COVID-19 de 15%

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Une exposition à long terme à la pollution de l’air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir de la COVID-19, d’environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi. 

• À lire aussi: Les personnes asymptotiques perdent plus rapidement leurs anticorps

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

L’étude parue dans la revue spécialisée Cardiovascular Research s’attache à évaluer dans quelle proportion cette pollution, déjà à l’origine de décès prématurés, pourrait également influer sur la mortalité de la COVID-19.

Cette proportion serait d’environ 19% en Europe, de 17% en Amérique du Nord, d’environ 27% en Asie de l’Est, selon les estimations du professeur Jos Lelievel de l’Institut Max Planck de chimie à Mayence (Allemagne) et de ses collègues.

L’exposition à long terme à la pollution de l’air aurait ainsi contribué à 29% des décès dus à la COVID-19 en République tchèque, à 27% des décès en Chine, à 26% en Allemagne, à 22% en Suisse, à 21% en Belgique, à 19% aux Pays-Bas, à 18% en France, à 15% en Italie, à 14% au Royaume-Uni, à 12% au Brésil, à 11% au Portugal, à 9% en Espagne, à 6% en Israël, à 3% en Australie et à seulement 1% en Nouvelle-Zélande.

Les chercheurs ont utilisé des données épidémiologiques antérieures américaines et chinoises sur la pollution de l’air et la COVID-19 et sur le SRAS de 2003, maladie similaire à la COVID-19.

Ils les ont combinées avec des données satellitaires sur l’exposition mondiale aux particules fines polluantes (PM2,5) et des données des réseaux de surveillance de la pollution au sol pour faire leurs calculs. Les auteurs n’établissent pas de relations de cause à effet directes entre cette pollution et la mortalité liée à la COVID-19.

Les particules polluantes semblent augmenter l’activité d’un récepteur, appelé ACE-2, situé à la surface des cellules, impliqué dans la manière dont la COVID-19 infecte les patients, selon les chercheurs.

«Nous avons donc un "coup double": la pollution de l’air endommage les poumons et augmente l’activité de l’ACE-2, ce qui conduit à une meilleure absorption du virus», selon le Pr Thomas Munzel (Université Johannes Gutenberg, Mayence), cosignataire de l’étude.

«La transition vers une économie verte avec des sources d’énergie propres et renouvelables favorisera à la fois l’environnement et la santé publique, au niveau local en améliorant la qualité de l’air et au niveau mondial en limitant le changement climatique», plaident-ils.

Jugeant «extrêmement probable» l’existence d’un lien entre la pollution de l’air et la mortalité due à la COVID-19, Anna Hansell, professeur d’épidémiologie environnementale (Université de Leicester) estime, pour sa part, «prématuré d’essayer de le quantifier précisément».

Elle évoque «de nombreuses autres bonnes raisons d’agir maintenant pour réduire la pollution de l’air, que l’OMS associe déjà à 7 millions de décès par an dans le monde (4,2 millions de ces décès sont liés à la pollution de l’air extérieur et le reste à la pollution de l’air intérieur).»

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.