/sports/hockey
Navigation

Un espoir des Coyotes traîne un lourd passé

Un espoir des Coyotes traîne un lourd passé
Getty Images/AFP

Coup d'oeil sur cet article

La première sélection des Coyotes de l’Arizona au dernier repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH), Mitchell Miller, a été reconnu coupable d’agression après avoir intimidé et frappé un Afro-Américain souffrant de troubles de développement lorsqu'il était âgé de 14 ans. 

Miller et l’un de ses amis ont en effet frotté un bonbon sur un urinoir en 2016 avant de forcer Isaiah Meyer-Cothers à le lécher. Il a également frappé la tête du garçon sur un mur de brique et lancé plusieurs insultes racistes. Il a écopé de 25 heures de travaux communautaires à la suite de la décision d'un tribunal.

Les Coyotes croient toutefois que Miller, qui a été choisi au quatrième tour, a appris la leçon et qu’il mérite une deuxième chance.

«Les Coyotes de l'Arizona ne tolèrent aucun type de comportement d'intimidation. Je n’ai pas pu participer au repêchage de cette année, mais avant de choisir Mitchell Miller, nos recruteurs ont été mis au courant de son histoire et de l’incident d’intimidation survenu en 2016 lorsqu’il avait 14 ans», a dit le directeur général Bill Armstrong, récemment nommé dans ses fonctions et dont la non-participation au repêchage était une condition pour que les Blues de St. Louis acceptent de le laisser partir.

«Mitchell a envoyé une lettre à chaque équipe de la LNH reconnaissant ce qui s'est passé et s'excusant pour son comportement. Mitchell a commis une énorme erreur, mais nous lui offrons une seconde chance de faire ses preuves. Nous espérons qu'il utilisera sa plateforme pour sensibiliser le public à intimidation et pour décourager ce type de comportement.»

Pas content

La victime de Miller a quant à elle révélé au quotidien «Arizona Republic» qu’il avait été choqué d’apprendre qu’une équipe de la LNH avait choisi de s’associer avec son bourreau.

«Il a prétendu être mon ami et m'a fait faire des choses que je ne voulais pas», s’est remémoré celui dont le déficit intellectuel était de quatre ans à l’époque des gestes répréhensibles de Miller.

«Au collège, j'ai été battu par lui.... tout le monde pense qu'il est tellement "cool" parce qu'il peut aller dans la LNH, mais je ne vois pas comment quelqu'un peut être "cool" quand on s'en prend à quelqu'un et qu'on l'intimide toute sa vie.»

Le principal intéressé s’est excusé publiquement, vendredi. «Je suis extrêmement désolé», a-t-il lancé d’emblée.

«J'étais jeune, immature et je me sentais mal à propos de mes actions. À l'époque, je ne comprenais pas la gravité de mes actions et comment elles peuvent affecter d'autres personnes. J'ai présenté des excuses à la famille pour mon comportement, suivi une formation sur la diversité culturelle et la sensibilité, et fait du bénévolat au sein de ma communauté. [...] Pour aller de l'avant, je veux être un leader pour cette cause et aider à mettre fin à l'intimidation et au racisme.»

Miller amorcera son parcours universitaire avec l’université du Dakota du Nord, cette saison. Il a totalisé huit buts et 33 points en 44 parties avec le Storm de Tri-City, dans l’USHL, en 2019-2020.