/world/america
Navigation

L’ouragan Zeta retrogradé en tempête tropicale après avoir touché les côtes mexicaines

L’ouragan Zeta retrogradé en tempête tropicale après avoir touché les côtes mexicaines
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’ouragan Zeta, accompagné de vents violents et de fortes précipitations, a perdu de sa vivacité lorsqu’il a touché terre lundi soir dans la province mexicaine du Yucatan et a été rétrogradé mardi en tempête tropicale par le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami. 

Accompagné de vents à 130 km/h avec des rafales allant jusqu’à 150 km/h, l’ouragan qui s’est formé sur la mer des caraïbes a touché terre à 22H00 heure de Mexico (04H00 GMT mardi) dans les environs de Ciudad Chemuyil, à 25 km au nord-est de Tulum, dans l’État de Quintano Roo.

Désormais une tempête avec des vents maximums de 110 km/h, Zeta est maintenant située à 75 km à l’est de Puerto Progreso, dans l’État du Yucatan où se trouvent les stations balnéaires parmi les plus prisées du Mexique telles que Cancun, Playa del Carmen et Tulum.

Elle devrait quitter le territoire mexicain par le Golfe du Mexique et, à la faveur des eaux chaudes, se renforcer à nouveau pour redevenir un ouragan qui va se diriger vers les côtes du sud-est des États-Unis et probablement les atteindre jeudi.

Le passage de Zeta n’a pas fait de victimes dans l’État de Quintano Roo, selon le gouverneur Carlos Joaquin.

« Les aéroports sont opérationnels, les hôpitaux et les centres de santé fonctionnent et des opérations sont en cours pour rétablir les services publics impactés dans certaines villes et certains quartiers », a-t-il indiqué via les réseaux sociaux.

Début octobre, l’ouragan Delta (force 2 sur 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson) avait occasionné de nombreux dégâts dans le Yucatan.

La saison des ouragans dans l’Atlantique cette année est inhabituellement agitée, et plusieurs records ont été battus.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient ainsi une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.