/news/coronavirus
Navigation

COVID-19 : la France se prépare à des «décisions difficiles», peut-être un reconfinement

Coup d'oeil sur cet article

Le président Emmanuel Macron s’adressera mercredi soir aux Français pour leur présenter un nouveau tour de vis dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19, qui pourrait aller jusqu’à un reconfinement national, mais moins strict que celui du printemps 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Québec a toujours pour objectif de sauver Noël

Ces nouvelles mesures restrictives, qui s’annoncent « impopulaires », seront décidées dans la matinée au cours d’un Conseil de défense précédant le Conseil des ministres. « Tout peut bouger jusqu’au dernier moment », a prévenu un conseiller ministériel.

• À lire aussi: Les restrictions s’étendent en Europe, provoquant une colère croissante

Mardi, le premier ministre, Jean Castex, a jugé « indispensables » de « nouvelles mesures » pour lutter contre le coronavirus, qu’il doit présenter jeudi au Parlement.

« Nous devons mobiliser non seulement la représentation nationale, mais l’ensemble de notre pays », a poursuivi le chef du gouvernement sur Twitter.

Mardi matin, Emmanuel Macron a présidé un premier Conseil de défense en présence du premier ministre et d’une dizaine de ministres, coup d’envoi d’une série de réunions qui s’étaleront jusqu’à mercredi.

Les scénarios évoqués pour le durcissement vont d’un renforcement du couvre-feu en vigueur actuellement pour les deux tiers des Français de 21 h à 6 h à un reconfinement total, qui serait moins strict toutefois que celui connu par la France pendant deux mois au printemps.

« Il faut s’attendre à des décisions difficiles », a prévenu mardi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, évoquant les nouvelles mesures prévues en Italie, en Espagne ou en République tchèque.

Dans ce cas se posera la question de la réouverture des établissements scolaires le 2 novembre après les vacances de la Toussaint.

La circulation du virus est « hors de contrôle », a estimé l’infectiologue Gilles Pialoux, sur la chaîne de télévision BFM-TV, appelant à « reconfiner le pays ».

Lundi, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, avait préparé le terrain, qualifiant la situation française de « critique » et disant craindre que la deuxième vague ne soit « plus forte que la première ».

Le nombre des cas confirmés a augmenté de 26 771 en 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France de lundi. La veille, la France avait battu un nouveau record avec plus de 50 000 cas confirmés en un jour.

Le nombre de patients en réanimation continue aussi de grimper, augmentant la pression sur les hôpitaux. Leur nombre s’élevait lundi à 2 761, pour 5 800 lits disponibles dans toute la France.

Ce pays est de facto déjà en semi-confinement avec le couvre-feu nocturne qui concerne 46 millions de Français.

Les organisations patronales ont mis en garde contre un risque d’effondrement de l’économie. « Si on reconfine totalement comme en mars, on va vers un écroulement de l’économie française, on risque de ne pas s’en remettre », a averti le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres