/sports/baseball
Navigation

L’attente est terminée

Les Dodgers ont raison des Rays 3 à 1 et sont enfin champions pour la première fois en 32 ans

Coup d'oeil sur cet article

Les Dodgers de Los Angeles ont remporté la Série mondiale en venant à bout des Rays de Tampa Bay 3 à 1, lors du sixième affrontement de l’ultime série de la saison 2020 du baseball majeur, hier soir à Arlington, au Texas.

Il s’agit d’un premier sacre pour l’équipe californienne depuis la campagne 1988 et d’un septième championnat dans l’histoire de l’organisation.

C’est également un baume pour plusieurs vétérans des vainqueurs, car les Dodgers avaient subi des défaites en Série mondiale en 2017 et en 2018.

« C’est notre année ! a clamé le gérant des champions, Dave Roberts, lors de la cérémonie d’après-match. Les joueurs de cette équipe ont montré de quel bois ils se chauffent. Ils ont fait preuve de résilience. »

Une décision douteuse

Dans l’affrontement du jour, c’est un changement de lanceur du côté des Rays qui a complètement changé l’allure de la rencontre.

Le gérant Kevin Cash a choisi de retirer Blake Snell après cinq manches et un tiers de boulot après que celui-ci eut accordé un coup sûr à Austin Barnes. Il a été remplacé par Nick Anderson, qui a immédiatement accordé un double à Mookie Betts. Il a ensuite effectué un mauvais lancer et Barnes en a profité pour niveler la marque 1 à 1.

Corey Seager a ensuite permis à Betts de fouler la plaque, donnant ainsi les devants aux Dodgers et mettant fin à la soirée de travail d’Anderson.

L’homme de 365 millions $ n’avait pas fini de faire des siennes. En huitième manche, Betts a frappé un circuit en solo pour donner un petit coussin supplémentaire à sa formation.

Une kyrielle de lanceurs

Pour revenir à Snell, le partant des Rays connaissait un match fantastique. Il n’a accordé que deux frappes en lieu sûr et a retiré neuf adversaires sur des prises. Il est d’ailleurs devenu le deuxième joueur de l’histoire des ligues majeures à passer neuf rivaux dans la mitaine en quatre manches lors d’un match de la Série mondiale.

Du côté des Dodgers, le gérant Dave Roberts a utilisé sept artilleurs dans cette rencontre. La brigade de lanceurs a donné cinq coups sûrs et a retiré 16 joueurs des Rays sur des prises.

C’est Julio Urias qui a fini le travail pour les nouveaux champions. Celui qui a fait son entrée en fin de septième manche a poursuivi ses récents succès et n’a absolument rien donné aux Rays. Il a d’ailleurs retiré quatre frappeurs sur des prises.

C’est le partant Tony Gonsolin qui a permis l’unique point des perdants. En première manche, il a servi une balle au goût de Randy Arozarena. Ce dernier a frappé un circuit en solitaire. Il s’agissait de sa 10e longue balle en matchs éliminatoires.


Le joueur d’arrêt-court Corey Seager a sans surprise remporté le trophée Willie-Mays, remis au joueur le plus utile en Série mondiale.