/sports/hockey
Navigation

LHJMQ: nouvelle relance

Les équipes qui n’évoluent pas en zone rouge pourront reprendre leurs activités

Justin Robidas
Photo d'archives, Didier Debusschère Justin Robidas et ses coéquipiers des Foreurs de Val-d’Or affronteront leurs rivaux abitibiens, les Huskies de Rouyn-Noranda, vendredi et samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Il y aura des matchs de la LHJMQ au Québec cette fin de semaine. Après avoir mis les activités de ses 12 formations québécoises en pause, le circuit Courteau permettra aux formations qui ne sont pas en zone rouge de reprendre l’action.

• À lire aussi: Un premier contrat pour Hendrix Lapierre

• À lire aussi: Trois Québécois classés en première ronde

Les Foreurs de Val-d’Or et les Huskies de Rouyn-Noranda, qui évoluent en zone jaune, s’affronteront dans une série aller-retour vendredi et samedi, tandis que l’Océanic de Rimouski et le Drakkar de Baie-Comeau (zone orange) croiseront également le fer au domicile du Drakkar au cours de ces mêmes deux journées.

Il est encore trop tôt pour savoir si les équipes en zone rouge pourront aussi jouer ce week-end.

« La ligue va rencontrer les officiers de la Santé publique afin de discuter des ajustements apportés au protocole de retour au jeu avant qu’une décision finale ne soit prise », écrit-on dans le communiqué de la LHJMQ publié mardi.

Selon nos informations, cette rencontre aura lieu jeudi. Le commissaire Gilles Courteau et son adjoint Martin Lavallée tenteront de convaincre l’organisation qu’il est possible de poursuivre la saison régulière en respectant des mesures encore plus strictes que ce qui avait été prévu dans le plan de relance initial.

Le circuit a déposé son plan révisé il y a quelques semaines, mais les discussions étaient au point mort depuis un certain temps.

SÉCURITÉ

Dans un échange de courriels, la Santé publique a assuré au Journal être bien au fait des démarches de la LHJMQ. Toutefois, elle assure qu’elle ne fera pas un compromis tant qu’elle n’aura pas la certitude que les activités du circuit peuvent se faire de façon pleinement sécuritaire.

« Nous entendons les demandes des représentants de la LHJMQ, et nous sommes sensibles à leur situation. Toutefois, comme nous le leur avons rappelé, notre position à ce sujet est claire : la situation actuelle de la circulation du virus de la COVID-19 au Québec commande que des mesures strictes soient mises en place pour freiner la propagation. Nous étudions les plans et protocoles proposés par la LHJMQ. Dès que le gouvernement jugera que leurs activités pourront reprendre de façon sécuritaire, cela sera autorisé », a expliqué la responsable des relations médias au ministère de la Santé et des Services sociaux, Marie-Claude Lacasse.

PAS UN AGENT DE TRANSMISSION

Rappelons que trois équipes ont été touchées par des cas de COVID-19 depuis le début de la saison, dont l’Armada de Blainville-Boisbriand, chez qui 22 cas ont été répertoriés. Le Phoenix de Sherbrooke (11 cas) et plus récemment les Voltigeurs de Drummondville, pour lesquels ont été confirmés mardi les huitième et neuvième cas, ont également été touchés.

Pour le commissaire adjoint, ces cas ne devraient pas nuire à un retour au jeu dans le circuit.

« Ces trois situations joueraient contre nous si on était des agents de transmission dans la communauté, ce qui n’est pas le cas », a mentionné Lavallée dans un entretien téléphonique avec Le Journal.

« On continue de travailler afin d’améliorer nos pratiques pour limiter la propagation à l’interne. Par contre, en 13 semaines d’activités, on compte trois situations, dont deux qui, on présume, sont reliées [l’Armada et le Phoenix, NDLR]. On continue de tester, améliorer et peaufiner notre programme de dépistage. »