/misc
Navigation

Quel avenir pour Mad Max?

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Drôle de stratégie que celle d’aller se faire donner une raclée dans l’espoir de prouver qu’on est encore en vie.  

C’est pourtant la voie qu’a choisie le chef du Parti populaire, Maxime Bernier, dont le flair politique n’a jamais été une grande qualité. 

C’était à prévoir. Mad Max a récolté des miettes dans la circonscription torontoise de York-Center, hier, à l’occasion d’élections partielles. 

« Quel que soit le résultat ce soir [hier], nous allons continuer de croître ! » a-t-il écrit sur les réseaux sociaux au moment où les électeurs se rendaient aux urnes. 

Même prévisible, le résultat électoral fait mal paraître M. Bernier, qui, comme chef, a été incapable de donner un réel élan à son parti. 

Aux élections de 2019, le Parti populaire a récolté 1,6 % des voix. Hier, le Beauceron a à peine mieux fait (3,6%). 

Cela étant dit, on peut penser que le Parti conservateur aimerait bien le voir disparaître pour de bon, celui-là. 

La fin ?

J’avais rencontré l’ex-député de Beauce quelques semaines après son humiliante défaite dans son fief en octobre dernier. 

Il disait à ce moment avoir retrouvé la flamme, après de longs moments de doute. Il me racontait cet épisode douloureux, encore un peu éteint, avec une boule dans la gorge. 

Puis, Mad Max est tombé dans l’oubli, ou presque. 

Le Beauceron a profité de la pandémie pour se faire voir dans les manifestations anti-masques, tout en se baladant bras dessus bras dessous avec les conspirationnistes de tout acabit. 

Ce n’est pas cette défaite dans York-Center qui va le remettre sur la carte. On peut se demander combien de cuisants revers, même prévisibles, un politicien peut supporter. À moins que la seule idée d’embêter son ancienne famille politique lui soit une raison suffisante de poursuivre l’aventure. 

À l’autre bout du spectre, la candidature de la nouvelle chef du Parti vert, Annamie Paul, dans la circonscription de Toronto-Centre, a complètement changé l’allure de la course. 

Mme Paul n’a pas gagné son pari, mais elle a tout de même obtenu 33% du vote, une hausse fulgurante par rapport à son score de l’an dernier (7%). 

Malgré cette performance honorable, les verts devront éventuellement trouver un comté à Mme Paul lui permettant de faire son entrée à la Chambre des communes. Un beau casse-tête en perspective. 

Un message aux libéraux

Maxime Bernier n’est pas le seul à avoir reçu un message des électeurs, hier. Le Parti libéral de Justin Trudeau devra aussi prendre acte des résultats, même s’il est toujours hasardeux de tirer des conclusions politiques claires d’élections partielles. 

L’an dernier, les libéraux l’avaient facilement emporté dans ces deux circonscriptions torontoises. 

Dans York-Center, les libéraux ont fini par l’emporter après une course plus serrée que prévu contre les conservateurs d’Erin O’Toole. 

Est-ce l’effet WE Charity ? C’est bien possible. 

Malgré la défaite, M. O’Toole a remporté hier une importante victoire morale.