/news/currentevents
Navigation

Montréal: une ado de 17 ans perd la vie dans l’appart de son copain

Le logement du quartier La Petite-Patrie n’était pas muni d’un détecteur de fumée

Coup d'oeil sur cet article

L’adolescente ayant trouvé la mort dans un incendie qui semble être d’origine accidentelle, mardi matin, dans le quartier La Petite-Patrie à Montréal, était en visite chez son copain lorsque le feu a éclaté.

« Elle venait d’avoir 17 ans », a soufflé Johakim Jasenovic, avant de se prendre la tête à deux mains. 

Photo Agence QMI, Pascal Girard

L’homme avait peine à réaliser que sa nièce, Simone Laforme-Jasenovic, avait péri en matinée.

La jeune fille passait beaucoup de temps dans l’appart de son copain, au coin de la rue De Saint-Vallier et du boulevard Rosemont, face à la station de métro. Trois autres personnes y vivaient également, nous a-t-on dit.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

 Mardi, vers 4 h 30, un brasier semble avoir pris naissance dans ce logement, situé au-dessus du dépanneur St-Vallier.

« Une chance que je me suis réveillé. Les pompiers étaient déjà là quand je suis sorti, a raconté un voisin dans la vingtaine, venu chercher ses effets personnels quelques heures après le drame. Je n’ai plus de chambre. Il n’y a plus rien. Mon mur était collé sur leur appartement. »

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Des colocs ébranlés

À l’intérieur, les sapeurs ont fait la triste découverte du corps inerte de Simone Laforme-Jasenovic.

« Les quatre [autres] sont en état de choc à l’hôpital, a confié une connaissance des colocataires, en sanglots. C’est leur deuxième feu en un an. C’est mal bâti ici. C’est pas leur faute. »

Johakim Jasenovic et Delilah Riddell pleuraient mardi après-midi, la jeune Simone Laforme-Jasenovic.
Photo Agence QMI, Jonathan Tremblay
Johakim Jasenovic et Delilah Riddell pleuraient mardi après-midi, la jeune Simone Laforme-Jasenovic.

Les autorités ont indiqué que le logement n’était pas doté de détecteur de fumée. Or, son copropriétaire Yong Zhe Jin assure en avoir installé dans ses trois appartements. 

M. Jin déplore par ailleurs avoir perdu le contrôle de ces locataires depuis un temps.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

« Je suis vraiment désolé pour la jeune fille. Je ne sais pas ce qui est arrivé, a-t-il dit. J’ai deux noms écrits sur mon bail et ils étaient plusieurs à vivre là. »

« Ils n’ont pas payé de loyer depuis plusieurs mois, et ils refusaient de m’ouvrir, a-t-il poursuivi. La police m’a dit que je ne pouvais rien faire à part aller à la Régie du logement. »

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Comme une sœur

En fin d’après-midi, des proches et des amis de la victime se sont recueillis auprès d’un petit mémorial en son honneur.

« Elle était comme une sœur. Je suis plus jeune, mais j’étais proche d’elle, a témoigné sa petite cousine Delilah Riddell, 12 ans, la larme à l’œil. Elle était très gentille. »


La police de Montréal enquête toujours, mais la thèse de l’accident est d’emblée considérée.