/opinion/blogs/columnists
Navigation

La culture physique

Coup d'oeil sur cet article

Une alimentation équilibrée, des heures de sommeil adéquates et de l’exercice physique.

Ce sont des préceptes que nous nous efforçons tous de mettre en pratique selon nos moyens et au meilleur de nos connaissances.

Le gym, le yoga, le CrossFit et autres méthodes d’entraînement ont envahi nos vies. On nous vend la forme, un meilleur équilibre mental, l’ivresse de la performance et le corps svelte et musclé dont nous rêvons à tout âge.

Entraîneur privé, régime keto, végane ou sans gluten. Boissons vitaminées, barres de protéines, jus et potions en tout genre. L’industrie du fitness a encore de beaux jours devant elle.

Sauf qu’en ce moment, elle en arrache, les gyms et autres salles de sport étant fermés. Ce sont des entreprises qui se retrouvent en difficulté et on ne peut que compatir avec les propriétaires aux prises avec les problèmes financiers qui en découlent.

Que ces établissements aident au maintien d’une bonne condition physique, d’accord. Mais qu’on prétende que leur fermeture temporaire met la santé des gens en péril? Que la fréquentation des salles de gym sauve des vies? Que le gouvernement met la population en danger en les privant de ce service jugé essentiel?

C’est fort de café.

Ceux qui sauvent des vies en ce moment, c’est le personnel de la santé.

Ce sont les soignants qui maintiennent le système à bout de bras. Et l’ouverture des salles de gym ne leur viendrait pas en aide, au contraire!

C’est le chef du service des soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont qui le dit. Le Dr François Marquis. La dernière chose dont ils ont besoin en ce moment dans le système de santé, ce sont des foyers d’éclosion supplémentaires. Or, d’après le Dr Marquis, les salles de sport pourraient avoir le même impact négatif que les karaokés.

L’équilibre de notre système de santé est précaire.

Si les propriétaires de gyms et leur clientèle veulent vraiment soutenir les professionnels de la santé, ils doivent obéir aux règlements.

Nous vivons de durs moments à tous les niveaux. Financier, professionnel, physique et mental. Peut-on encore, pour un temps, sortir marcher, courir, faire du vélo ou s'entraîner à domicile pour s’aérer l’esprit?