/news/education
Navigation

Québec modifie le calendrier scolaire pour donner plus de formation aux enseignants

Trois journées pédagogiques sont ajoutées pour permettre aux profs de recevoir des formations

Coup d'oeil sur cet article

Québec va de l’avant avec une modification au calendrier scolaire afin de permettre aux enseignants de faire davantage de formation.

• À lire aussi: 4e et 5e secondaire: des élèves à l’école tous les jours, faute d’accès à internet

• À lire aussi: Les élèves de troisième secondaire à l’école une journée sur deux en zone rouge

D’ici la fin de l’année scolaire, trois journées de classe seront remplacées par trois journées pédagogiques additionnelles, qui devront être consacrées à la planification et à la formation en lien avec l’enseignement à distance. 

Les élèves seront en congé pendant ces trois journées, si bien que le nombre de jours de classe passera de 180 à 177 cette année.

Pour éviter de pénaliser les parents, le service de garde sera offert gratuitement aux parents d’enfants qui y sont habituellement inscrits.

L’objectif est de permettre aux enseignants de mieux se préparer pour les mois à venir afin de mieux répondre aux besoins des élèves, explique-t-on.

Ces jours de formation devront toutefois être répartis dans le calendrier scolaire. 

« Bonne nouvelle »

Un maximum d’une journée pédagogique additionnelle par mois est établi, si bien que les écoles ne pourront pas prévoir trois journées de formation consécutives.

Cette modification au calendrier pédagogique vise à répondre en partie aux demandes des syndicats d’enseignants, qui réclament davantage de temps pour permettre aux profs de souffler un peu.

La présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, Josée Scalabrini, se réjouit de cette « bonne nouvelle ». 

« Il y a un niveau de fatigue et de désorganisation dans plusieurs milieux. C’est un temps très précieux qu’on vient ajouter. Est-ce que ce sera suffisant ? On verra », a-t-elle lancé.

La Fédération des établissements d’enseignement privé aurait toutefois préféré que cette possibilité soit offerte aux écoles plutôt que de voir ce changement imposé dans tout le réseau scolaire.

« Certaines écoles pourraient avoir besoin de ces journées de formation, alors que d’autres, jugeant que leurs enseignants sont suffisamment formés et expérimentés en enseignement virtuel, devraient pouvoir choisir d’offrir toutes les journées d’écoles possibles aux élèves dans le contexte actuel », dit son président, David Bowles.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com