/finance/business
Navigation

Keurig ferme une usine de cafetières fondée en 1947

La multinationale a décidé de déménager une partie de la production à l’étranger

VKI Technologies
Photo Francis Halin Au moment de notre visite à l’usine de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, mercredi après-midi, aucun employé n’était présent. Elle fermera ses portes le 17 décembre, ce qui entraînera la disparition de 50 emplois.

Coup d'oeil sur cet article

Une cinquantaine de salariés de Keurig à Saint-Hubert, en banlieue de Montréal, vont perdre leur emploi dans moins de deux mois quand la multinationale va fermer l’usine de 73 ans de sa division VKI Technologies pour délocaliser sa production en Asie, a appris Le Journal. 

La nouvelle nous a été confirmée par Cynthia Shanks, directrice des communications de Keurig Canada. 

L’usine de VKI Technologies, où sont fabriquées des cafetières commerciales, emploie 70 personnes. En plus des 50 licenciements, « nous redéployons plus de 20 employés dans l’ensemble de notre entreprise », a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique mercredi soir. Ces employés seront réaffectés dans les bureaux de Keurig dans l’arrondissement Saint-Michel, à Montréal. Le site accueille aussi une usine dans laquelle l’entreprise a beaucoup investi au cours des dernières années. 

La fermeture de l’usine de Saint-Hubert est prévue pour le 17 décembre. La production sera déplacée « dans plusieurs de nos sites en Asie », a ajouté Mme Shanks. 

Alors que la porte-parole de la multinationale n’a pu préciser dans quel pays l’essentiel de la production sera déménagé, des employés licenciés qui ont requis l’anonymat afin d’éviter des représailles nous ont affirmé que celle-ci sera déplacée en Chine. 

« Nous fournirons du soutien à ces employés pendant leur transition et les traiterons avec le plus haut niveau de dignité, de respect et d’équité », a tenu à préciser Mme Shanks. 

Installations pionnières

Keurig est propriétaire de l’usine de VKI Technologies depuis 2010, selon le registre des entreprises. 

Fondée en 1947 par le Manitobain Alan King, l’entreprise s’appelait Vendking International au départ. Elle est responsable de la création de la première machine qui infuse un café à la fois, se targue-t-elle sur son site web. 

Aujourd’hui, l’entreprise distribue ses machines « principalement par l’entremise d’entreprises de services de café », a expliqué Mme Shanks, mercredi. 

Siège social au Luxembourg

Anciennement Keurig Green Mountain, la multinationale était une entreprise privée du groupe allemand JAB Holding quand elle a avalé le groupe Dr Pepper Snapple pour la somme de 21 milliards $ US en 2018. 

Elle est entrée au NASDAQ peu de temps après et sa valeur atteint aujourd’hui plus de 55 G$ US. Keurig Dr Pepper a réalisé des profits de près de 2 G US $ en 2019. 

JAB Holding en est toujours l’actionnaire principal. Le groupe allemand a son siège social au Luxembourg, pays considéré comme un paradis fiscal par l’OCDE.