/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pourquoi modifier le calendrier scolaire?

Teenagers in protective masks studying in classroom with teacher
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

J’apprenais hier par ma collègue Daphnée Dion-Viens que Québec modifie le calendrier scolaire pour donner plus de formation aux enseignants.

Ainsi, «trois journées de classe seront remplacées par trois journées pédagogiques additionnelles, qui devront être consacrées à la planification et à la formation en lien avec l’enseignement à distance. Les élèves seront en congé pendant ces trois journées, si bien que le nombre de jours de classe passera de 180 à 177 cette année.»

Merci, c'est gentil, mais je ne suis pas certain de la mesure. 

De 180 jours de classe à 177? Vraiment?

Après un lent départ pour certaines écoles... Après le «un jour sur deux» en 4e et 5e secondaire... Après l’annonce de l’implantation du même système en 3e secondaire dès la semaine prochaine... Après les confinements de deux semaines pour certains élèves ou des groupes entiers... On va maintenant enlever d’autres journées de classe? 

Suite au printemps dévastateur du point de vue pédagogique, l’année scolaire actuelle est indispensable pour les jeunes. Il est pour le moins paradoxal de l’amputer de quelques jours de plus.

Malgré les bonnes intentions derrière cette décision, je dois dire qu'elle me laisse perplexe. En ce qui me concerne, les élèves devraient être à l'école, à temps plein, pendant 180 jours de classe. En plus, cela fait mal – encore une fois – à l’image de la profession.

Les enseignants se forment déjà pendant leurs temps libres, de deux manières: à l'aide des services éducatifs de leur centre de services scolaire qui offrent de la formation ou encore eux-mêmes. 

Plutôt que d’enlever des journées de classe aux élèves et de payer le service de garde aux parents, il aurait été beaucoup plus «sage» de payer des heures supplémentaires aux enseignants qui désirent ces formations.