/news/society
Navigation

Halloween: fête importante pour la croissance des enfants

Coup d'oeil sur cet article

L’annulation de l’Halloween en pleine pandémie aurait pu avoir des conséquences importantes sur le développement des enfants.

« Les rituels comme l’Halloween, ça crée beaucoup de force au niveau identitaire. Si ça ne se passe pas, on peut en souffrir sérieusement sur le plan du développement », explique le pédiatre Gilles Julien.

« C’est la seule fois dans l’année où l’enfant va se promener près des maisons, rencontrer les gens et s’identifier davantage à son quartier. Fondamentalement, c’est un repère qui pousse l’enfant à se créer une identité », poursuit celui qui est également PDG d’une fondation à son nom qui fait la promotion des droits des enfants.

Un semblant de normalité

Sans affirmer que l’annulation de la fête à elle seule aurait créé des troubles de développement chez les enfants, il indique que ça aurait changé la donne en ces temps incertains.

Les repères connus auxquels pouvaient s’accrocher les enfants n’ont cessé de s’effondrer dans les derniers mois. Mettre de côté une fête rassembleuse et empreinte de gaieté à travers tout ça, ç’aurait été la goutte qui fait déborder le vase.

« Quand il n’y a plus de [repères] qui existent — c’est pour ça que la pandémie est assez dramatique au niveau social et émotif — tu perds espoir en l’avenir et ça crée énormément d’anxiété », souligne le pédiatre.

« Les messages qu’on passe aux enfants en ce moment sont tellement paradoxaux et inconstants qu’ils ne s’y retrouvent plus. Les repères sont là pour qu’ils s’accrochent à quelque chose, il faut garder un semblant de normalité pour eux », tranche-t-il.

Les enfants des communautés défavorisées et plus vulnérables auraient d’ailleurs été particulièrement impactées puisque la collecte de bonbons représente l’abondance, explique le Dr Julien. 

« On ne pouvait tout simplement pas annuler l’Halloween. Ça fait partie des moments qu’il faut préserver puisqu’on est des êtres très sociaux, et ces moments nous permettent de survivre lorsqu’on vit beaucoup de traumas », conclut-il.