/misc
Navigation

Ma carte de l’élection présidentielle: Biden 351, Trump 187

FILES-COMBO-US-VOTE-TRUMP-BIDEN
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

À la veille de l’élection présidentielle, tout indique que Joe Biden semble raisonnablement assuré d’une majorité au collège électoral, et les chances d’une victoire convaincante sont bonnes. 

La première et la dernière fois que j’ai participé à un pool pour parier sur les résultats du collège électoral américain, c’était en 1984. Je venais tout juste d’arriver à l’Université de la Colombie-Britannique et je parlais à peine anglais, alors mes collègues étudiants ont bien ri quand ils m’ont vu remettre ma carte de prévision moins d’une minute après l’avoir reçue. Ils ont moins ri la semaine suivante quand le «frenchy» a gagné le pool en prédisant exactement le résultat. Je n’étais pas parmi ceux qui souhaitaient un deuxième mandat pour Ronald Reagan, mais les données dont je disposais en tant qu’apprenti politologue me permettaient de voir clairement qu’il balaierait tout, sauf le district de Columbia et celui du Minnesota, l’État de Walter Mondale.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Pierre Martin, professeur de science politique à l’Université de Montréal et directeur de la Chaire d’études politiques et économiques américaines au CÉRIUM, à QUB radio:

Je m’aventure encore une fois dans ce jeu des prévisions du collège électoral en offrant la carte ci-dessous, qui donne une avance considérable à Joe Biden, avec 351 grands électeurs contre 187 pour Donald Trump. Je ne m’attends toutefois pas à les prédire tous de façon précise comme en 1984. Voici la carte (elle est interactive, alors si vous n’êtes pas d’accord avec mes prévisions, vous pouvez les changer et constater le résultat):


Click the map to create your own at 270toWin.com

Ce scénario correspond assez fidèlement aux prévisions fondées sur les moyennes de sondages des sites FiveThirtyEight et Real Clear Politics, et sur les évaluations plus qualitatives du Cook Political Report. Globalement, il y a de bonnes raisons de croire que les sondages ne sont pas aussi problématiques qu’ils l’étaient en 2016 pour le candidat démocrate, et les données sur la participation au vote anticipé sont favorables aux démocrates. C’est pourquoi je crois probable une victoire de Joe Biden dans tous les États où il dispose d’une avance dans les sondages. L’avantage financier qui lui a permis de saturer les ondes de publicités dans les États clés est une autre raison de pencher vers un scénario favorable à Biden.

Un plancher d’environ 289 grands électeurs pour Biden

Les États clés qui devraient donner la victoire à l’ex-vice-président démocrate pour atteindre le seuil de 270 votes sont ceux que Hillary Clinton avait perdus in extremis en 2016: le Michigan (16 votes), le Wisconsin (10) et la Pennsylvanie (20). Cette année, les sondages y sont très favorables à Biden, suffisamment pour qu’on puisse y prédire sa victoire, en dépit des possibles erreurs des sondages et des mesures de suppression du vote qui pourraient affecter l’électorat démocrate. C’est pourquoi je situe le plancher pour Biden à 289 votes, ce qui compte tous les États emportés par Clinton en 2016, plus les trois États mentionnés ci-dessus, et l’Arizona. En Arizona (11 votes), Biden est aidé par une course au Sénat où le démocrate est favori, le recul de Trump parmi les aînés, des changements démographiques favorables aux démocrates et, possiblement, l’effet de la rupture amère entre Donald Trump et l’ancien sénateur John McCain, décédé en 2018.

Si les mesures de suppression du vote agissent comme l’entendent les républicains dans des États comme la Géorgie, la Floride et la Caroline du Nord, le résultat de Biden s’approchera de ce plancher de 289 votes.

De façon réaliste, donc, on peut s’attendre à ce que le total des grands électeurs recueilli par Biden se situe entre le plancher de 289 votes et ma prévision de 351. Cette prévision est optimiste du point de vue de Biden, car elle suppose que ses résultats seront à la hauteur dans tous les États où les sondages et prévisionnistes le donnent gagnant.

Un tsunami bleu n’est pas inconcevable

Si les choses vont vraiment bien pour Biden, toutefois, son plafond pourrait dépasser les grands électeurs pour atteindre un maximum potentiel de 416. Si la vague bleue se transforme en tsunami, des États comme l’Iowa (6 votes), l’Alaska (3), l’Ohio (18) et surtout le Texas (38) sont prenables pour Joe Biden. Mardi soir, si on voit la tendance se confirmer en faveur de Biden dans ces États, une défaite cuisante pour Donald Trump sera définitivement en marche.

Cela dit, il est improbable mais pas entièrement impossible que les choses aillent vraiment mal pour Joe Biden et que toutes les données dont nous disposons pour anticiper les résultats nous aient conduits vers une erreur de prévision encore plus monumentale que celle qu’un grand nombre de prévisionnistes avaient faite en 2016. Si c’est le cas, les prévisionnistes aventureux seront drôlement embarrassés et on en tirera les conclusions qui s’imposent. Nos ennuis seront toutefois bien mineurs comparés à l’immense pas en arrière qu’une réélection de Donald Trump signifierait pour l’idéal démocratique aux États-Unis et dans le monde.

* * *

Pierre Martin est professeur de science politique à l’Université de Montréal et directeur de la Chaire d'études politiques et économiques américaines au CÉRIUM. On peut le suivre sur Twitter: @PMartin_UdeM