/news/currentevents
Navigation

Attaques dans le Vieux-Québec: le conseiller municipal Jean Rousseau se dit traumatisé

Jean Rousseau, conseiller municipal du secteur du Vieux-Québec et chef de Démocratie Québec
Photo d'archives Jean Rousseau, conseiller municipal du secteur du Vieux-Québec et chef de Démocratie Québec

Coup d'oeil sur cet article

Jean Rousseau, conseiller municipal du secteur du Vieux-Québec et chef de Démocratie Québec, s’est dit fortement ébranlé par les attaques de la soirée de l’Halloween.

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: tout ce que vous devez savoir présentement

• À lire aussi: Attaques meurtrières: présence policière accrue et soutien psychologique pour le retour en classe dans le Vieux-Québec

• À lire aussi: «On ne pourra pas éviter tous les drames violents», déclare le premier ministre François Legault

«Je demeure à moins de cent mètres d’une des scènes de crime. Je connais les gens qui ont été assassinés. C’était des gens très appréciés. Je suis encore ébranlé et traumatisé comme bien d’autres citoyens», a-t-il relaté lundi matin. 

Plus tard en journée, par voie de communiqué de presse, le conseiller municipal a invité le maire Labeaume et le premier ministre Legault «à organiser une cérémonie de deuil national en hommage aux victimes de l’attentat de Québec, et ce, avec l’accord des familles des défunts». 

M. Rousseau, qui se trouvait chez lui samedi soir dès 19h, a appris qu’il se tramait quelque chose dans le Vieux-Québec par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Il a immédiatement appelé des proches pour s’assurer qu’ils étaient en sécurité et il est demeuré barricadé chez lui en respect des consignes données par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). 

Inhumain

Dès dimanche matin, le conseiller du district de Cap-aux-Diamants est allé à la rencontre de ses voisins du secteur.  

«La nuit de samedi a été très courte. Dimanche, j’ai partagé la douleur et le deuil des citoyens, a-t-il affirmé. Il y a une dame qui me parlait de Mme Suzanne Clermont [une des deux victimes des attaques] et qui pleurait abondamment. En temps de COVID, tu ne peux pas prendre quelqu’un dans tes bras. C’est un peu inhumain. Les gens ont besoin d’aide. Il faut qu’ils parlent». 

Jean Rousseau, conseiller municipal du secteur du Vieux-Québec et chef de Démocratie Québec
Photo Didier Debusschère

D’après M. Rousseau, «ce n’est pas vrai qu’on va sortir plus forts. La plupart des gens ne sortent pas plus forts d’un tel événement. On reste traumatisé. On reste blessé. C’est une blessure interne. Mais on va continuer à vivre et on va se ressaisir. Le Vieux-Québec est toujours un endroit accueillant où il fait bon vivre».  

La première partie des interventions des élus lors du conseil municipal de lundi soir à la Ville de Québec sera entièrement consacrée aux attaques de samedi soir.   

Lévis solidaire

Par ailleurs, et en guise de solidarité avec la communauté de Québec, les drapeaux de la Ville de Lévis ont été mis en berne lundi. Ils le resteront jusqu’à mardi soir.  

«La consternation et l’effroi que suscite une telle situation doivent nous amener à réfléchir collectivement sur les enjeux liés à la santé mentale», a mentionné le maire Gilles Lehouillier, lundi matin, par voie de communiqué de presse. 

Selon lui, «il est primordial de trouver des moyens pour agir davantage en prévention. Il faut se questionner, comme société, sur les raisons de cet acte à la fois incompréhensible et condamnable, ce qui inclut les enjeux liés à la santé mentale». 

À Ottawa, «le drapeau sur la tour de la Paix flottera en berne jusqu’au crépuscule le 3 novembre 2020, afin de souligner les événements tragiques survenus dans la Ville de Québec dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2020», pouvait-on lire sur le fil Twitter du Sénat du Canada.   

APPEL À TOUS  

Vous détenez de l’information sur la terrible attaque survenue à Québec dans la nuit de samedi à dimanche? 

Contactez-nous à l’adresse jdm-scoop@quebecormedia.com.