/news/politics
Navigation

Liberté d’expression: François Legault est totalement en désaccord avec Justin Trudeau

La position du Canada sur la liberté d’expression fait aussi grogner la France

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Justin Trudeau s’est attiré les foudres de François Legault, mais aussi de l’entourage du président français Emmanuel Macron en déclarant que la liberté d’expression n’est pas sans limites, dans la foulée des attaques terroristes en France.

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: «On ne pourra pas éviter tous les drames violents», déclare le premier ministre François Legault

• À lire aussi: Les islamistes savent pour qui voter au Canada

• À lire aussi: Un imam canadien décrit Samuel Paty comme «une sale excuse d’être humain»

« On ne peut pas accuser des personnes qui ont fait des caricatures de justifier de cette façon [...] la violence. Je suis vraiment totalement en désaccord avec M. Trudeau, il faut protéger la liberté d’expression », a dit le premier ministre Legault, lundi.     

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Il répliquait ainsi à son homologue fédéral qui, en pleine polémique sur les caricatures du prophète Mahomet en France, a affirmé vendredi que la liberté d’expression n’était pas sans limites.

« Nous nous devons d’être conscients de l’impact de nos mots, de nos gestes sur d’autres, particulièrement ces communautés et ces populations qui vivent encore énormément de discriminations », a déclaré le premier ministre canadien.

À Ottawa, cette position a fait sursauter l’opposition.

« Ce que le premier ministre [Trudeau] laisse entendre, c’est qu’il faut censurer les propos qui pourraient déplaire et que la violence constituerait une réponse acceptable à des propos qu’on n’aime pas », a réagi le député Stéphane Bergeron, aux Communes.

Le bloquiste a rappelé le gouvernement à ses devoirs en tant qu’allié et partenaire privilégié de la France.

« Le gouvernement réalise-t-il qu’en plus de banaliser le terrorisme, le premier ministre nuit aux relations privilégiées qu’entretiennent le Québec et la France ? » a-t-il demandé.

Les premiers ministres du Québec, François Legault, et du Canada, Justin Trudeau, ne sont pas sur la même longueur d’onde.
Photomontage, POOL Josie Desmarais, Métro, et d’archives, Reuters
Les premiers ministres du Québec, François Legault, et du Canada, Justin Trudeau, ne sont pas sur la même longueur d’onde.

En froid avec Paris

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a répliqué que « nos alliés voient que le Canada est l’un des grands défenseurs de la liberté d’expression dans le monde ».

Mais à Paris, on semble se poser de sérieuses questions.

« L’exécutif déplore la faiblesse du soutien du premier ministre canadien, Justin Trudeau, après les attaques de Conflans [l’enseignant décapité] et de Nice [trois morts dans une basilique] », écrit le quotidien français Le Monde, qui cite une source proche du bureau du président Macron :

« Il semble que nous ayons des exigences qui soient plus importantes que celles de M. Trudeau », grince un interlocuteur du chef de l’État. 

  • Pierre Nantel s'est entretenu avec Louise Beaudoin, ex-ministre péquiste, déléguée générale du Québec à Paris de 1984 à 1985, sur QUB radio:  

Ordre moral ou religieux

Dans un entretien accordé à la chaîne Al Jazeera, le président français a souligné que revenir sur les balises de la liberté d’expression reviendrait à « instaurer » une « forme d’ordre moral ou d’ordre religieux ».

Il a dit regretter que beaucoup de pays dans le monde « aient renoncé à la liberté d’expression ces dernières décennies parce qu’il y a eu des polémiques, par la peur, par le chaos des réactions ».

Une déclaration que les médias français ont liée à la position de Justin Trudeau et du président indonésien Joko Widodo, qui s’est élevé contre la liberté d’expression quand elle « blesse l’honneur, la pureté, et le caractère sacré des valeurs et symboles religieux ».

  • Écoutez l’expert en relations publiques Victor Henriquez sur le désaccord entre Justin Trudeau et François Legault

Vives réactions à Ottawa  

« La liberté d’expression ça n’existe pas seulement quand ça fait notre affaire. Ça doit exister surtout quand ça ne fait pas notre affaire. C’est ça, la liberté d’expression qui doit être honorée par le premier ministre. »

– Gérard Deltell, député conservateur

« Soyons clairs, il n’existe aucune situation où l’expression d’idées puisse justifier le meurtre. Lorsque des intégristes tuent des gens pour les faire taire, c’est aux intégristes qu’il faut s’en prendre, pas à la liberté d’expression. »

– Stéphane Bergeron, député du Bloc québécois

« Nous sommes bien évidemment solidaires de nos compatriotes français, nos pensées sont avec les familles des victimes. Ensemble nous devons lutter contre la terreur et l’intolérance à travers le monde. »

– François-Philippe Champagne, ministre fédéral des Affaires étrangères

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.