/news/politics
Navigation

Valérie Plante souhaite aussi un débat sur la santé mentale

Coup d'oeil sur cet article

Au même titre que Régis Labeaume, la mairesse de Montréal est en accord avec la tenue d’un débat de société sur l’enjeu de la santé mentale. 

• À lire aussi: Attaques meurtrières: présence policière accrue et soutien psychologique pour le retour en classe dans le Vieux-Québec

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: «C’est hallucinant, terrifiant», dit Labeaume

En entrevue lundi à TVA Nouvelles, elle s’est dite particulièrement préoccupée pour ces citoyens aux prises avec des problèmes de santé mentale qui basculent dans l’itinérance.

«Si on parle de la désinstitutionnalisation des 20 dernières années, on a vu des gens aux prises avec des problèmes de santé mentale se retrouver en quelque sorte en liberté et qui n’ont pas les soins dont ils ont besoin. Il y a aussi des gens qui basculent dans l’itinérance», a-t-elle fait savoir.

«C’est ce qu’on entend notamment sur des sites comme le camping aux abords de la rue Notre-Dame ou dans les refuges. Plusieurs personnes ont des problèmes de santé mentale, mais elles n’ont pas les ressources nécessaires ou du moins, elles n’ont pas les conditions gagnantes pour pouvoir fonctionner en société», s’est inquiétée la mairesse de Montréal.   

  • Écoutez le directeur de l’organisme Pech, Benoît Côté, sur les besoins en santé mentale    

Valérie Plante a expliqué que le sujet de la santé mentale revient régulièrement dans le cadre des rencontres entre les maires des grandes villes du pays.

«C’est une problématique sociale qui prend de l’importance et ça se vit dans les rues, ça se vit dans les parcs et dans les campements même. Ce sujet est très important pour nous», a-t-elle dit.

Au sujet de la tragédie de Québec, la mairesse a affirmé que le réveil a été brutal et qu’elle peine à imaginer la souffrance des familles qui ont perdu un proche ainsi que celle des gens hospitalisés.