/news/currentevents
Navigation

Cinq ans de prison pour avoir causé la mort d’un bambin

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de la Montérégie a écopé d’une peine de près de 5 ans de prison pour avoir tué un bambin qu’il a secoué alors qu’il en avait la garde l’an dernier.

« Il va sans dire que la société réprouve fortement ce crime. Il n’y a aucune tolérance face aux mauvais traitements infligés aux enfants », a indiqué la juge Sandra Blanchard en imposant sa sentence à Steven Bernard, 26 ans, au palais de justice de Saint-Jérôme mardi.

En juillet dernier, celui-ci avait plaidé coupable d’avoir involontairement causé la mort d’une fillette dont l’identité est frappée d’une ordonnance de non-publication.

À la fin janvier 2019, le résident de Contrecoeur était en visite chez une connaissance, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac sur la Rive-Nord de Montréal. 

Après une dispute, celle-ci a décidé de partir et de demander à Bernard de garder ses deux filles de 6 mois et de 2 ans.

La mère lui faisait confiance

« Si je lui avais laisser (sic) c’est que je lui faisait (sic) confiance », a déploré la mère dans une lettre soumise à la juge.

Or, durant son absence, l’homme « à bout », qui devait déjà respecter une promesse de garder la paix, a texté à plusieurs reprises la jeune mère pour l’avertir qu’il allait commettre un meurtre à cause de la situation.

Bernard semblait furieux qu’elle ne revienne pas et qu’il doive s’occuper de ses enfants. Il a admis à la cour avoir usé de force pour tenter de réveiller la plus petite alors qu’il était intoxiqué.

Le 3 février en soirée, il a appelé le 911 quand il a réalisé qu’elle était inerte et ne respirait plus. Un rapport produit ultérieurement par un médecin a précisé que les blessures de la victime s’apparentaient à celles encourues dans un cas de bébé secoué.

Ecchymoses et hémorragie

Le résumé des faits qui a été présenté devant le tribunal fait état d’une ecchymose à l’œil, sur le front et le corps, ainsi que d’une hémorragie sous-durale et latérale. Elles ont entraîné son décès le surlendemain, au CHU Sainte-Justine.

La procureure de la Couronne Caroline Lafleur avait suggéré une peine de huit ans de prison à la juge Blanchard.

L’avocat de Bernard, Philippe Comtois, avait plutôt soumis qu’une sentence de 4 ans et 9 mois aurait été raisonnable.

La magistrate a finalement tranché pour une période de 59 mois moins un jour. En déduisant le temps de détention provisoire, il reste donc à Bernard une balance de 2 ans moins un jour à purger.

– Avec Christian Plouffe