/opinion/columnists
Navigation

Justin Trudeau, fabricant de haine

Coup d'oeil sur cet article

Il fut un temps où les « sciences sociales » étaient sérieuses. Dur à croire, hein ?

C’était avant qu’elles soient kidnappées par les idéologues. 

À cette époque, un concept clé en sociologie était celui d’« effets pervers » : il désigne le résultat négatif de ce qui semble, au départ, une bonne intention.

Bref, quand vous examinez une politique ou un politicien, il faut regarder les conséquences concrètes et non le beau discours. 

Dangereux

Prenez Justin Trudeau, notre champion mondial de l’antiracisme et de la tolérance.

Dans les faits, cet homme fabrique la haine.

Je vous donne trois exemples.

Cette semaine, la Cour supérieure entreprend l’examen de la contestation de la loi 21 sur la laïcité.

Regardez la liste des 18 parties qui contestent la loi.

Aux côtés d’Ichrak Nourel Hak, du Conseil national des musulmans canadiens, de la World Sikh Organization, d’un tas de groupes anglophones, on trouve... le gouvernement fédéral et ses ressources infinies.

Tous ces gens, soutenus par Justin Trudeau, s’opposent à une loi votée démocratiquement par les élus du Québec et soutenue par une forte majorité chez nous.

Trudeau fait passer la laïcité pour un vecteur de xénophobie, de ségrégation, d’islamophobie.

Et on s’étonne que les Québécois se crispent ?

Trudeau fabrique la haine.

Ottawa vient d’annoncer qu’il vise 1,2 million d’immigrants dans les trois prochaines années.

Les 401 000 de l’an prochain seraient un record historique. 

Si le gouvernement Legault laissait faire, on aurait 91 000 immigrants au Québec l’an prochain, alors qu’on n’arrive pas à en intégrer 50 000.

Comme l’écrivait René Lévesque en 1970, à l’époque où on appelait un chat un chat :

« On s’est donné un ministère de l’Immigration. L’autre, à Ottawa, pour lequel on paie, y a le droit de continuer à nous noyer, c’est lui qui a le pouvoir. Mais on en a un à Québec pour enregistrer la noyade. » 

Trudeau a souvent l’air imbécile, mais il travaille activement, farouchement, consciencieusement contre le Québec français.

Et on s’étonne que les Québécois se crispent ? 

Trudeau fabrique la haine.

Prenez les derniers attentats en France.

Trudeau s’agenouille pendant huit minutes pour souligner la mort de George Floyd, mais n’ose même pas prononcer le mot « islamiste ».

Il n’ose pas défendre la liberté d’un enseignant d’enseigner des sujets difficiles.

Il tire dans le dos des musulmans qui refusent de se taire et qui, au péril de leur vie, dénoncent le tort que les fous d’Allah font à leur communauté.

Comme l’écrivait Maka Kotto, « les islamistes savent pour qui voter au Canada ».

Connerie

Voyez sa justification des limites à la liberté d’expression selon laquelle on ne crie pas « Au feu ! » dans un cinéma... comme si ce cri était une opinion.

Je comprends qu’il est tentant de rire d’un homme qui dit des stupidités pareilles.

Mais il faut, comme je le disais au tout début, regarder les conséquences concrètes de ses prises de position.

Quand un pays est dirigé par un boutefeu irresponsable, comment s’étonner que tant de Québécois se crispent ?

Oui, cet homme, qui se dit pour la vertu, est un fabricant de haine.