/news/currentevents
Navigation

Seconde journée d’un procès pour homicide involontaire à Sherbrooke

Seconde journée d’un procès pour homicide involontaire à Sherbrooke
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau procès de Michée Roy, accusé de l'homicide involontaire de son petit poupon de deux mois, s’est poursuivi mardi pour une deuxième journée au palais de justice de Sherbrooke.

Accompagné de sa mère et de sa conjointe, mère du petit Kylen décédé en janvier 2015, Michée Roy a écouté et suivi attentivement les témoignages des deux premiers témoins, experts de la poursuite.

Ophtalmologiste générale, la Dre Renée Pétrie effectuait sa résidence à l'hôpital Fleurimont, en janvier 2015, quand on lui a demandé d'examiner le poupon de deux mois. Seul l'œil gauche présentait des signes de tension intraoculaire.

Selon ses notes de consultation, elle n'a relevé aucun signe d'hypertension intracrânienne. Les nerfs optiques étaient normaux, et ce, malgré la présence d'hémorragies rétiniennes multiples sous forme de flammèches.

Ses hypothèses diagnostiques de l'époque parlaient de deux possibilités: l'enfant a pu être victime du syndrome du bébé secoué ou ses lésions pouvaient aussi être conséquentes aux manœuvres de réanimation cardiovasculaire effectuées pendant 57 minutes sur le poupon.

Deuxième témoin appelé à la barre, la radiologiste pédiatrique Caroline Lacroix est venue expliquer les examens à résonance magnétique effectués sur la tête de l'enfant. Ces analyses viendront confirmer la présence d'hématomes sous-duraux.

Condamné à douze ans de pénitencier, Michée Roy avait déjà purgé près de quatre années et demie d'emprisonnement pour l'homicide involontaire de son bébé âgé de quelques mois seulement quand la Cour d'appel du Québec a ordonné, au printemps 2019, la tenue d'un nouveau procès.

Cette décision a été rendue sur la base d'une nouvelle preuve médicale provenant d'un neuropathologiste, le Dr David Ramsay, qui a analysé une partie du cerveau de l'enfant.

L'expert ontarien doit éventuellement témoigner à ce procès dont la durée prévue est de deux semaines.