/sports/tennis
Navigation

La présumée victime de Zverev persiste et signe

La présumée victime de Zverev persiste et signe
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après une première sortie publique en Russie la semaine dernière, l’ex-copine du joueur de tennis Alexander Zverev, Olga Sharypova, a fait connaître de nouveaux détails sur la relation trouble qu’elle aurait vécue auprès de l’Allemand. 

«Je veux simplement que la vérité soit connue», a indiqué Sharypova dans un texte publié, jeudi, sur le site web du magazine spécialisé «Racquet».

Cette fois, l’article est intitulé : «Un an après son enfer, Olga Sharypova est prête à parler».

La jeune femme de 23 ans revient sur les abus physiques et psychologiques dont elle aurait été victime durant sa relation de 13 mois avec Zverev. Rappelons que le joueur de tennis a déjà nié ces accusations vendredi dernier.

«Je pense qu’il est important de dire que non seulement la violence physique est importante, mais il y a aussi la violence émotionnelle, a déclaré la présumée victime, dans cette nouvelle entrevue. Je suis passée par les deux. Tous les abus physiques étaient engendrés par de la violence émotionnelle.»

Une première altercation à Monaco

Sharypova a révélé que la première altercation physique avait eu lieu à Monaco, soit à l’appartement de Zverev.

«J’étais sur le point de quitter parce que nous avions eu une très grosse chicane, a-t-elle raconté. J’étais debout dans le hall d’entrée et il a frappé ma tête dans le mur.»

La semaine dernière, Sharypova avait décrit ce jour où Zverev aurait tenté de l’étrangler avec un oreiller et frappé sa tête contre un mur dans un hôtel de New York avant les Internationaux des États-Unis en 2019.

À la suite de ces révélations, une spécialiste en gestion de crise travaillant avec Zverev a indiqué : «M. Zverev regrette que Mme Sharypova continue d’alimenter le public sans lui avoir parlé. Nous travaillons encore à établir un dialogue raisonnable et respectueux».