/word/usa/election2020
Navigation

Trump jette de l’huile sur le feu

Le président a répété de multiples mensonges jeudi soir dans un discours qui attise les tensions déjà vives

Trump jette de l’huile sur le feu
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans un discours truffé de mensonges, Donald Trump a jeté de l’huile sur le feu jeudi soir en prétendant qu’on lui avait volé l’élection, tandis que ses chances d’obtenir un second mandat s’effritaient davantage.

• À lire aussi - Présidentielle 2020: suivez en direct les développements de l’élection

• À lire aussi - [CARTE] Les résultats de l’élection américaine en direct

« Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement », a affirmé sans vergogne l’actuel président des États-Unis qui s’exprimait pour la première fois depuis la nuit de l’élection, alors que son adversaire Joe Biden se rapprochait de la victoire.

Les résultats de l’élection présidentielle rentraient au compte-gouttes jeudi. Au moment de mettre sous presse, il ne restait qu’une poignée de bulletins de vote à dépouiller en Géorgie, en Pennsylvanie, en Arizona et au Nevada.

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:

Or, sans apporter de preuves, Trump a évoqué de façon effrontée dans son allocution une « fraude électorale » à large échelle, la « corruption » du système électoral dans des États où il est donné perdant, et la falsification du vote par correspondance. Il appuie ces prétentions sur le fait que le vote par la poste serait illégal. 

« Nous ne pouvons permettre à personne de museler nos électeurs et de fabriquer les résultats », a-t-il lancé. 

Jugeant que ses propos étaient mensongers, trois réseaux télévisés majeurs l’ont retiré des ondes. 

« Nous ne pouvons pas nous faire voler une élection comme ça ! » a-t-il continué à vociférer, attisant les tensions déjà vives entre les partisans des partis politiques. 

Joe Biden, Candidat démocrate
Photo AFP
Joe Biden, Candidat démocrate

Des républicains choqués

Le discours incendiaire du président a choqué même parmi les rangs de son propre parti. L’ancien sénateur républicain de la Pennsylvanie, Rick Santorum, a dénoncé les propos « dangereux ».

« Quelle triste soirée pour les États-Unis d’Amérique [...]. Le président n’a aucune preuve de ce qu’il avance, il ne fait que dénigrer l’intégrité du dépouillement, État après État. Quand il en gagne un, c’est légitime. Et quand il perd, c’est pathétique », a dit en ondes le présentateur vedette de CNN, Jake Tapper. 

« Ce n’est pas de la fraude, ce sont des maths », a répété son collègue spécialiste du dépouillement, John King.

Du jamais-vu

« Tout est grave dans ce qui a été allégué [jeudi] soir » par Trump, résume Rafael Jacob, chercheur associé à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. 

Bien que des appels à recompter le vote soient monnaie courante lors d’élections chaudement disputées, les propos du président concernant la fraude délibérée sont du jamais-vu, selon lui. 

Depuis mardi, Trump fait tout en son pouvoir pour contester le processus démocratique dans les États qui lui échappent, minant la crédibilité des résultats du scrutin. 

Mais jeudi, les tribunaux ont refusé d’entendre ses recours judiciaires en Géorgie et au Michigan. Trump a récidivé au Nevada où il a intenté une nouvelle poursuite qui allègue que des milliers de non-résidents ont pu voter. 

La cour lui a néanmoins donné raison en Pennsylvanie, où des observateurs ont pu s’approcher pour surveiller le dépouillement du vote qui s’annonce crucial.

Sentant les risques de dérapages après une journée de manifestation près des bureaux électoraux, Biden a appelé à la patience. « Nous n’avons aucun doute que nous serons déclarés gagnants, alors je demande à tout le monde de rester calme », a-t-il affirmé en après-midi. 

– Avec l’AFP