/lifestyle/food
Navigation

12 bonnes raisons de déshydrater

CASA 1107 Déshydrater les aliments
Photo courtoisie Les fruits séchés peuvent ainsi être appréciés toute l’année.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les récoltes d’automne s’achèvent, l’idée de conserver ces saveurs du moment pour nous réconforter pendant les longs mois d’hiver traverse notre esprit. Voilà justement l’un des 12 avantages de déshydrater nos aliments préférés !

1. Conservation prolongée

La déshydratation est une méthode de conservation qui ne date pas d’hier, puisque nos ancêtres l’ont utilisée bien avant l’arrivée des méthodes modernes. Retirer l’eau des aliments retarde la dégradation de ceux-ci et prolonge du même coup leur durée de vie, surtout s’ils sont gardés à l’abri de la lumière et de l’humidité. Les fruits et légumes entièrement naturels, séchés et proposés par Anhydra, par exemple, contiennent moins de 8 % d’humidité, offrant la possibilité de les conserver pendant trois ans et même plus s’ils sont placés dans un contenant hermétique, explique la copropriétaire de l’entreprise drummondvilloise Marie-Ève Gaudet. 

2. Vitamines préservées

Divers déshydrateurs sont disponibles sur le marché.
Photo courtoisie, Walmart
Divers déshydrateurs sont disponibles sur le marché.

« La déshydratation permet de conserver les bienfaits des vitamines de l’aliment en question, contrairement à la cuisson qui les détruit », précise Laura Belfadla, fondatrice de l’Académie Végétale, qui propose d’ailleurs deux cours sur le sujet. Pour ce faire, le procédé doit être réalisé à basse température, c’est-à-dire à 42-45 degrés Celsius. Ainsi, l’aliment demeure cru, ce qui fait le bonheur des crudivores. 

3. Saveurs concentrées

Les saveurs explosent et rehaussent le goût d’un fruit ou d’un légume lorsque ce dernier est déshydraté. « Puisqu’on enlève l’eau, le sucre à l’intérieur de l’aliment est concentré. Ce qui est traître, puisqu’il est facile d’en manger deux fois plus », souligne Mme Gaudet, qui donne un cours de déshydratation artisanale à l’Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe. L’équivalent de deux pommes fraîches est rapidement avalé, en morceaux déshydratés.

4. Textures recherchées

Framboises séchées pour décorer
Photo courtoisie, Anhydra
Framboises séchées pour décorer

Une croustille de patate douce craquante pour accompagner un tartare, un cuir de fruits bien tendre pour décorer un gâteau, des framboises séchées parsemées sur une salade fraîche, un crumble croustillant mélangé à du yogourt... La déshydratation multiplie les textures qui peuvent être ajoutées dans notre assiette. 

5. Réduire les déchets

Une pomme qui n’a pas bonne mine, la pulpe de légumes rejetée par l’extracteur à jus, du kale un peu flétri, des fanes de carottes... Plutôt que de prendre le chemin du composteur, ou pire, de la poubelle, ils peuvent être déshydratés et consommés différemment. Mais attention, la moisissure ne doit pas déjà avoir fait son œuvre, car la déshydratation ne détruit pas les micro-organismes. 

Les chips de kale font un encas sain.
Photo courtoisie, Académie végétale
Les chips de kale font un encas sain.

6. Manger local toute l’année

Pendant la saison des récoltes de fines herbes, champignons, fruits et légumes bien de chez nous, en acheter une grande quantité pour en déshydrater une partie favorise l’achat local et permet de manger québécois toute l’année. Et si votre potager déborde, faites de même !

7. Qualité assurée 

En déshydratant soi-même de petits délices, on s’assure qu’ils ne contiennent pas de sucre, de mauvais gras et d’agents de conservation ajoutés pour savourer des collations santé. Certains produits achetés en épicerie peuvent avoir été modifiés pour préserver une allure alléchante. Comme l’explique Mme Belfadla, un abricot séché ne devrait pas être orange vif. 

8. Sans emballage ni transport

Le suremballage et le transport sont évités, puisque les fruits et légumes passent directement du potager, du marché local ou du producteur jusqu’à votre déshydrateur, puis au contenant hermétique jusqu’à votre estomac. 

9. Peu d’espace

Des barquettes de fraises au congélateur et des kilos de patates dans le garde-manger occupent beaucoup d’espace. Une fois tranchées puis déshydratées et déposées dans des contenants empilables, ces provisions pourront être dégustées à tout moment, sans prendre trop de place.

10. Une foule de possibilités

Divers déshydrateurs sont disponibles sur le marché, tel ce modèle.
Photo courtoisie, Salton
Divers déshydrateurs sont disponibles sur le marché, tel ce modèle.

En plus de déshydrater des fruits, des légumes, de la viande cuite et marinée de laquelle le gras a été retiré et des fines herbes, le déshydrateur permet de concocter du yogourt, d’affiner du fromage, de sécher des fleurs comestibles pour créer des tisanes, préparer des barres de céréales, des boules d’énergie, des tartinades, etc. L’Académie Végétale propose entre autres de réaliser des craquelins à l’oignon, des sautés de légumes, des nachos, des boulettes à hamburger sans viande, des crêpes sucrées, des biscuits citron et pavot, etc. Faites vos propres expériences !

11. Se transporte facilement

Pour les amateurs de camping sauvage et de randonnée pédestre, transporter un assortiment de fruits séchés à savourer en collation ainsi qu’une macédoine de légumes ou un chili à réhydrater avec de l’eau bouillante est plus léger et surtout moins volumineux que d’apporter des fruits frais et un pot de soupe maison. Mme Belfadla rappelle également l’importance de boire de l’eau lorsqu’on mange des aliments qui n’en contiennent plus.

12. Originalité

Surprendre des invités avec quelques créations déshydratées, voilà qui nourrira les discussions à l’heure du repas et donnera peut-être envie à vos invités de s’initier à cette méthode de conservation. Une alléchante rondelle d’agrume dans un cocktail, des croustilles de légumes colorés à l’apéro, une poudre de fruits séchés saupoudrée sur un dessert... Que d’originalité !

50 meilleurs vins de 2020 à moins de 20$