/lifestyle/family
Navigation

Des légumes, même sous la neige !

CASA 1107 Fleurs et potager
Photo courtoisie La bette à carde et le kale résistent très bien au froid et peuvent être cultivés au-delà de la saison automnale.

Coup d'oeil sur cet article

Bien que 16 des 17 dernières années sont considérées comme ayant été les plus chaudes depuis qu’on enregistre des données sur le climat, il n’en demeure pas moins que les hivers qui sévissent chez nous sont plutôt rudes et que la plupart des plantes comestibles cultivées à l’extérieur cessent de produire et dépérissent avec l’arrivée des gelées automnales. 

Alors, pourquoi ne pas prolonger votre saison d’agriculture urbaine et la période de récolte de quelques semaines encore en protégeant les végétaux comestibles que vous cultivez ? Certaines méthodes de protection sont parfois si efficaces qu’elles permettent de récolter des carottes ou des kales en plein hiver !

Des récoltes sous la neige

Certaines fines herbes et plantes potagères peuvent encore être récoltées une fois la première neige tombée. C’est le cas de la menthe, de la marjolaine et du persil, qui sont réputés pour leur bonne résistance au froid. 

À une température de – 5 °C, le persil peut encore être récolté et consommé.
Photo courtoisie
À une température de – 5 °C, le persil peut encore être récolté et consommé.

Ainsi, on peut récolter ces fines herbes jusqu’au tout début de l’hiver si on prend soin de les recouvrir d’un cône en styromousse conçu pour la protection des rosiers, d’une boîte de carton ciré ou d’un textile de protection hivernale épais avant les premières neiges. Lorsque le sol sera couvert de neige, n’hésitez pas à en pelleter une certaine quantité sur le cône, la boîte ou le textile pour une meilleure protection.

La paille et les feuilles mortes constituent aussi de bons matériaux pour protéger certaines plantes potagères du froid et ainsi pouvoir les récolter plus tardivement. En plaçant une couche de paille ou de feuilles mortes de 20 à 30 cm d’épaisseur sur certains légumes-racines, tels que les carottes et les betteraves, il est possible de les récolter très tardivement, même une fois le sol gelé. Grâce à cette technique, je me souviens d’avoir récolté des carottes dans mon potager le jour de l’An ! La récolte doit alors être effectuée à l’aide d’une fourche ou d’une bêche.

Les cultivars de poireaux « Alaska », « Below Zero » et « Northern Lights » sont parfaitement rustiques et survivent bien à nos hivers.
Photo courtoisie
Les cultivars de poireaux « Alaska », « Below Zero » et « Northern Lights » sont parfaitement rustiques et survivent bien à nos hivers.

Pour sa part, le poireau n’est pas un légume annuel, mais bien une plante potagère vivace très rustique. Comme c’est le cas des asperges et de la rhubarbe, on peut semer le poireau une seule fois et laisser chaque automne quelques plants en place dans le potager en vue de la récolte de l’an prochain. Les poireaux peuvent être récoltés très tardivement, parfois encore en janvier si le sol n’est pas gelé en profondeur.

Un agrotextile pour protéger les légumes-feuilles

Afin de les protéger du froid, on peut aussi recouvrir les cultures avec du polyéthylène plutôt que d’utiliser un agrotextile.
Photo courtoisie
Afin de les protéger du froid, on peut aussi recouvrir les cultures avec du polyéthylène plutôt que d’utiliser un agrotextile.

L’utilisation d’agrotextiles est une excellente façon de prolonger la saison de culture de plusieurs légumes, comme la bette à carde, la betterave, le bok choy, le chou, le chou-fleur, le chou de Bruxelles, le kale, la mâche, le navet et le rutabaga. Grâce à ces textiles isolants, la récolte de ces légumes sera encore possible en décembre dans certaines régions.

Bette à carde.
Photo courtoisie
Bette à carde.

Un agrotextile est en fait un tissu blanc léger ressemblant à un voile. On l’utilise principalement pour protéger les cultures des attaques des insectes et des oiseaux sans toutefois empêcher les rayons du soleil de toucher les plantes.

Certains agrotextiles ont des propriétés isolantes et permettent de maintenir autour de la plante une température plus chaude que celle de l’air environnant. Ainsi, lorsque la température extérieure descend légèrement sous le point de congélation, les végétaux recouverts d’un agrotextile ne sont pas affectés par le gel. 

La couche froide : une miniserre

Une autre technique efficace pour prolonger la saison d’agriculture urbaine extérieure est l’utilisation d’une couche froide. Il s’agit en fait d’un coffrage en bois composite ou en métal de 30 à 50 cm de hauteur, sans fond, fixe ou transportable, que l’on recouvre d’une fenêtre ou de tout autre matériau plastique translucide (polycarbonate, polypropylène ondulé [coroplast], etc.). On peut donner une inclinaison vers le sud à la fenêtre ou au matériau qui recouvre la couche froide, mais cela n’est pas absolument nécessaire.

Une couche froide est relativement facile à construire, mais il est préférable de la fabriquer avec un matériau imputrescible comme le bois composite ou l’acier. Si vous optez pour le bois, utilisez le cèdre, le chêne ou encore le mélèze torréfié, qui sont réputés pour leur résistance à la pourriture.
Photo courtoisie
Une couche froide est relativement facile à construire, mais il est préférable de la fabriquer avec un matériau imputrescible comme le bois composite ou l’acier. Si vous optez pour le bois, utilisez le cèdre, le chêne ou encore le mélèze torréfié, qui sont réputés pour leur résistance à la pourriture.

La couche froide peut être construite en plusieurs sections, que l’on superpose selon la hauteur des plantes cultivées. Par temps ensoleillé et lorsque la température grimpe au-dessus de 10 °C, il est très important d’ouvrir la couche froide pour permettre l’aération et ainsi éviter la condensation et une récolte de légumes... cuits ! Le soir, il faut refermer complètement la fenêtre. N’oubliez surtout pas de recouvrir votre couche froide de paille ou d’une couverture épaisse si on annonce un gel très important.

Ce type d’abri prolonge la saison de jardinage de quatre à six semaines, permettant ainsi lors de certains hivers très cléments une récolte de légumes jusqu’à la fin de décembre ou même au début de janvier dans le sud de notre province. Le temps d’utilisation d’une couche froide peut être prolongé de quelques semaines encore si on prend soin de bien en isoler les parois et si on installe un câble chauffant sur le sol.

On doit toutefois réserver la couche froide à la culture des plantes de la famille des brassicacées, comme les choux et les kales, ainsi que les légumes-racines et les légumes-feuilles adaptés aux climats frais.