/opinion/columnists
Navigation

France-Québec: même vision

Quebec
Photo Stevens LeBlanc François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, le Québec se rapproche de la France et la soutient dans ses efforts pour défendre la liberté d’expression mise à mal par Justin Trudeau dans l’affaire des caricatures de Mahomet. François Legault, défenseur de la laïcité québécoise, noue des liens fraternels avec la France, pays le plus ciblé par les terroristes islamistes à qui le président Emmanuel Macron tient tête avec un courage admirable grâce au soutien de la majorité des Français.

Or le Québec est le seul endroit au Canada qui échappe au multiculturalisme en proclamant avec sa loi 21 la supériorité de la laïcité de l’État à travers ses institutions.

François Legault commande notre respect pour avoir déclaré qu’« on a le droit de défendre nos valeurs. Ce n’est pas vrai qu’au nom du multiculturalisme, on va mettre ça de côté et faire des compromis exagérés. »

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Camp anti-islamiste

Heureux de « cette belle amitié réciproque » et fort de l’appui de tous les partis d’opposition à l’Assemblée nationale, François Legault fait entrer le Québec dans le camp de tous les pays européens qui sont solidaires de la politique affirmée du président Macron, qui refuse d’avoir peur devant cette terreur islamiste.

Quoiqu’il n’ait pas souhaité s’aventurer sur le terrain miné de la diplomatie, François Legault administre une gifle au premier ministre Trudeau, qui sait ainsi que M. Legault ne craint guère de l’affronter. Sa fermeté indique que déclarer illégaux la loi 21 et son recours à l’éventuelle clause nonobstant créera une crise politique au Canada. C’est là toute l’importance du procès qui se tient actuellement à Montréal où dix-huit organismes et personnes individuelles tâchent de miner la légitimité de cette loi.

L’anti-communautarisme du gouvernement caquiste assure M. Legault de l’appui de la majorité des francophones. Or, sur cette question fondamentale, il y a un mur infranchissable entre le Québec caquiste et le Canada dirigé par les libéraux. La popularité tenace de la CAQ, malgré les critiques très bruyantes autour du port du masque et du confinement, laisse à penser que François Legault a devant lui un avenir prometteur. 

Laïcité combative

Le premier ministre Legault pourra bénéficier désormais d’appuis à l’extérieur du Canada. Car la France est le berceau d’une laïcité affirmée et combative. Le revirement récent « spontané » de Justin Trudeau sur la liberté d’expression n’est qu’une posture. Le chantre du Canada postnational et de la rectitude politique, qui sert de catéchisme au multiculturalisme, n’adhérera jamais aux valeurs universalistes telles que défendues par la France et le Québec.

D’ailleurs, on pourrait parler du multiculturalisme comme d’un confinement racial, religieux, sexuel ou ethnique de groupes dont les références morales, esthétiques et émotionnelles s’opposent. Les mots et les œuvres d’art se transforment en obus. Le « mot en n » blesse, le regard appuyé d’un homme sur une femme blesse, les caricatures blessent. Il faut donc les censurer ou les interdire. 

La France est encore pour une majorité de francophones québécois un pays dont nous partageons la culture. À preuve, ces retrouvailles chaleureuses d’Emmanuel Macron et de François Legault. Nous ne parlons pas que la même langue. Nous partageons une vision du monde qui n’est pas celle du Canada multiculturel. Que cela se sache.