/word/usa/election2020
Navigation

Pourquoi Trump a-t-il été censuré jeudi par les médias?

Coup d'oeil sur cet article

«Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement» est l’une des déclarations mensongères de Donald Trump qui ont été censurées par plusieurs chaînes de télé américaines jeudi soir. Nous nous sommes penchés sur certaines de ses affirmations et des experts nous expliquent en quoi elles sont dangereuses pour la démocratie. 

• À lire aussi: Joe Biden au seuil de la Maison-Blanche

1. «Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de voler cette élection.»

Il n’y a pas de votes «illégaux».

Le président fait référence, ici, au vote par correspondance, qui existe depuis très longtemps aux États-Unis, mais qu’il qualifie de système corrompu. Il dénonce également «la partialité» des votes postaux, qui favorisent Joe Biden. 

Il ne s’agit pas là d’une surprise, car le président sortant a vivement déconseillé à ses électeurs de voter par la poste pendant sa campagne électorale. «C’est un non-sens de ne pas voir cette logique-là», indique la chercheuse à la Chaire Raoul-Dandurand Valérie Beaudoin. 

«Trump n’accepte pas les résultats et avait mis la table pour une contestation. S’il perdait, la seule explication possible, pour lui, était une fraude électorale. Est-ce qu’on pensait qu’il irait aussi loin? Non», poursuit Mme Beaudoin.

2. «Ils [les démocrates] ont voulu voir combien de votes étaient manquants et ils les ont trouvés.»

Donald Trump sous-entend que les démocrates souhaitaient délibérément dépouiller les votes postaux après ceux des bureaux de vote comme stratagème pour ajouter des voix manquantes en dernier recours, ce qui semble à tout le moins absurde.

«Rien n’indique qu’un élément néfaste ait fait diminuer ses chances ou que quelqu’un ait manipulé le décompte des voix», a avancé le journaliste Daniel Dale à CNN, l’une des chaînes qui a diffusé le discours sans le censurer.

Comme l’avaient prédit plusieurs experts, l’avance de Trump dans certains États a été ralentie après le dépouillement des votes par correspondance.

3. «Plusieurs États ont envoyé des millions de bulletins de vote non sollicités sans aucune mesure de vérification.»

Il est vrai que plusieurs États ont envoyé un bulletin de vote à chaque électeur en âge d’exercer son droit de vote sans exiger de demande spécifique. Par contre, cette phrase laisserait entendre que le vote deviendrait chaotique et sous-entend une perte de contrôle.

«Les neuf États qui ont envoyé de tels bulletins de vote ont mis en place diverses mesures de sécurité du scrutin, telles que des exigences de correspondance des signatures pour s'assurer que les bonnes personnes votent», explique le journaliste Daniel Dale. Cette pratique est tout à fait conforme aux lois électorales américaines.

4. «Les sondeurs se sont trompés et ont essayé d’éliminer mes partisans.»

Donald Trump a également décrié la production de faux sondages qui prédisaient la victoire incontestable de son adversaire démocrate. Cette technique aurait découragé ses électeurs d’aller voter, selon lui. 

Même si plusieurs sondages étaient à côté de la plaque, rien ne prouve qu’ils ont été truqués pour autant.

«Où ça dérange, c’est qu’il prétend que c’était une stratégie volontaire de donner des mauvais sondages. C’est ironique, parce qu’en 2016, les sondages avançaient la victoire d’Hillary Clinton», remarque Valérie Beaudoin. 

5. «Aucun vote illégal ne devrait être compté après la journée de scrutin.»

Cela fait maintenant 3 jours que le résultat des élections tarde à se faire connaître. La situation peut être frustrante, mais elle n’est pas anormale.

Comme toujours, les votes postaux sont comptés après le jour du scrutin. Certains États acceptent d’ailleurs les bulletins de vote reçus après le 3 novembre, à condition qu’ils soient oblitérés avant la date de l’élection.

Démocratiquement dangereux  

Ce type de discours représente un danger pour la démocratie aux États-Unis, selon les experts que nous avons interrogés.

«[Son discours] est une atteinte à la démocratie et à l’intégrité des élections américaines. Les conséquences à long terme peuvent être importantes [...] et il y a toujours ce danger de soulèvement», soutient la chercheuse à la Chaire Raoul-Dandurand Valérie Beaudoin.

«Ce sont des propos antidémocratiques et ça ne peut être toléré, soutient pour sa part le chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand Rafael Jacob. C’est tellement des propos ignobles qu’on ne peut se permettre de donner une tribune à des propos démocratiquement dangereux.» 

Un journaliste du réseau CNN qui a procédé à la vérification des faits qualifie le discours fait par Donald Trump, jeudi soir, comme le plus «malhonnête» depuis son élection en 2016.

Les chaînes NBC News et ABC News ont coupé court au discours de Trump, alors que FOX News et CNN ont diffusé l’intégralité de l’allocution.

«FOX News a diffusé l’intégralité du discours du président et ça montre que les médias sont clairement rangés. C’est une dynamique tribale. Cette censure peut aussi avoir pour effet d’amener de l’eau au moulin pour les partisans de Trump», ajoute le chercheur.

«Ça prenait du courage pour [interrompre le discours]. Je crois qu’il y a une prise de conscience des médias qui ont un travail journalistique à faire», reconnaît quant à elle la chercheuse Valérie Beaudoin.