/lifestyle/columnists
Navigation

Suites douloureuses d’un décès

Coup d'oeil sur cet article

Ma mère est décédée il y a trois mois. Comme c’était la personne la plus importante dans ma vie, mon chagrin est immense. N’ayant ni conjoint ni enfant, je lui consacrais mes loisirs depuis la mort de mon père, il y a dix ans. Heureusement qu’elle m’avait pour lui tenir compagnie, car ce ne sont pas mes deux frères qui l’auraient fait. Tous deux, ainsi que leurs épouses, la voyaient très peu, puisqu’ils la trouvaient imbuvable, même s’ils la flattaient toujours dans le sens du poil en sa présence.

Mais je n’ai jamais été dupe. Ils faisaient ça pour s’assurer de recevoir un héritage consistant de la part de celle à qui notre père avait légué tous ses biens. Comme c’est l’aîné de mes frères qui est exécuteur testamentaire, il en profite pour faire traîner les choses en longueur et aussi me spolier de certaines choses qui me reviennent, en plus de travailler à détruire ma réputation.

Une de mes cousines m’a rapporté qu’elle l’avait entendu dire que j’avais subtilisé certains bijoux ayant appartenu à ma mère et que je l’avais aussi forcée à me donner des tableaux de valeur. Ce qui est totalement faux. Ce que ma mère m’a donné, elle me l’a donné de son plein gré. Et contrairement à ce qu’il affirme aussi, je n’ai reçu aucun montant d’argent de sa part avant son décès.

Mon frère le plus jeune qui a toujours été en admiration devant son aîné ne jure que par lui. Il est convaincu que ce qu’il fait est juste et bon, quand moi je sais qu’il fera tout pour se garder la grosse part du gâteau. Je ne sais plus quoi faire pour que cessent tous les ragots qui font un tort immense à ma réputation dans la famille et qui me font passer pour une voleuse.

Sœur mal aimée

Une chose est certaine, votre frère ne peut pas faire n’importe quoi avec le testament de votre mère. Le notaire doit veiller à ce qu’il en respecte les volontés au plus près. Quant à la mauvaise réputation qu’il vous fait, si elle n’est pas méritée, vous pouvez toujours faire contrepoids en clamant haut et fort votre vérité.

Les histoires de testament sont malheureusement à l’image de ce que furent les contentieux entre les membres d’une famille. La vôtre n’échappant pas à la règle. Si vous ne vous sentez pas équipée pour redorer vous-même votre réputation, tout autant que voir vos droits à la succession respectés, le recours aux tribunaux est toujours possible, bien que non recommandé. Une brèche ne pourrait-elle pas être ouverte avec votre frère cadet ?