/misc
Navigation

Insuffisances suicidaires

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, un sondage Léger réalisé pour le Pacte pour la transition révélait que 68 % des Québécois.es considèrent que les actions des gouvernements sont insuffisantes en réponse à l’urgence climatique.

Et pour cause !

La planète brûle et on l’arrose avec du gaz et du pétrole ! Ces énergies fossiles passeront bientôt dans de beaux pipelines tout neufs, financés avec notre argent. 

Ce n’est pourtant pas ce que veut la population. Elle est nettement plus consciente des enjeux environnementaux qu’il y a deux ans. On peut le lire dans ce sondage, comme dans les pages de ce journal au fil du temps. 

Passer de la parole aux actes

Il y a deux ans, à l’initiative de Dominic Champagne, nous lancions avec force le Pacte pour la transition. Cette initiative prend fin aujourd’hui comme prévu.

Jamais dans l’histoire du mouvement environnemental au Québec autant de citoyen.ne.s ne s’étaient engagés formellement à changer leurs comportements et à faire pression sur les gouvernements. 

Des gestes posés, il y en a eu dans des milliers de foyers, d’écoles, d’entreprises et d’autres organisations. Plusieurs élus ont aussi changé leurs discours... mais pas assez leurs décisions !

Ils devraient cependant le faire sachant que 81 % des Québécois.es considèrent que la lutte aux changements climatiques doit être une priorité des gouvernements dans leur plan de relance économique post-pandémie. C’est ce que révèle ce même sondage. 

Si dans l’immédiat, la COVID apparaît prioritaire, on sait que pour prévenir d’autres pandémies comme celle-ci, on doit respecter les limites planétaires. C’est aussi ce qui s’impose pour éviter l’emballement climatique. 

Les gouvernements ont le devoir de protéger la santé et la sécurité de leur population. C’est pour cela qu’ils doivent faire beaucoup plus pour l’environnement.

Le temps est venu de poser des gestes qui sont en cohérence avec le monde que l’on veut léguer à nos enfants et à tous ceux et celles qui suivront. Les solutions existent. Qu’est-ce qu’on attend pour les mettre en œuvre ?