/opinion/columnists
Navigation

L’Écosse et la police de la pensée

Le ministre écossais de la Justice, Humza Yousaf
Photo d'archives, WENN.com Le ministre écossais de la Justice, Humza Yousaf

Coup d'oeil sur cet article

Jetons un œil sur l’actualité écossaise. Car au rythme où circulent les idées aujourd’hui, surtout les plus mauvaises, l’étrange débat que traverse en ce moment l’Écosse devrait nous inquiéter.

Haine

Humza Yousaf est le ministre écossais de la Justice. Et il s’est engagé dans une lutte contre les « propos haineux » en proposant un projet de loi très ambitieux, le « Hate Crime and Public Order (Scotland) Bill ». 

Nous savons que toute critique de l’idéologie progressiste peut potentiellement entrer dans la catégorie des propos haineux. Rien n’est plus gratuit aujourd’hui que les accusations de racisme, de sexisme, d’islamophobie ou de transphobie.

Dans cet esprit, Humza Yousaf entend contrôler les conversations privées dans les maisons. 

Sa théorie ? 

Pourquoi ce qui est interdit à la tribune, au restaurant ou au pub devrait être autorisé dans une demeure privée ? 

La vertu ne devrait-elle pas partout régner ? La nouvelle inquisition, pour être efficace, ne doit-elle pas entrer dans les foyers ? La demeure n’est plus sacrée.

Humza Yousaf entend ainsi créer les conditions d’une délation généralisée des conversations privées qui pourraient heurter la sensibilité des groupes jugés minoritaires par l’idéologie dominante. 

Vous ne reproduisez pas dans vos conversations privées l’orthodoxie du régime ? On pourra vous dénoncer. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Stasi

Craignez vos invités qui pourraient mal rapporter vos propos s’ils les comprennent mal, les déforment ou ne les apprécient pas. 

Craignez vos enfants socialisés dans un système scolaire qui pousse à voir partout des microagressions. 

Au nom de la lutte contre la haine, on en viendra même à traquer les arrière-pensées. On le fait d’ailleurs déjà, dans le monde de l’entreprise, à travers les fameux tests d’associations implicites qui prétendent dépister vos préjugés inconscients.

Tout cela rappelle l’Allemagne de l’Est et la Stasi. Je ne crois pas exagérer en disant cela. La lutte contre les « propos haineux » est le nouveau masque du totalitarisme.