/sports/tennis
Navigation

Une finale en double pour Félix Auger-Aliassime

Raonic s’incline en demi-finale

Une finale en double pour Félix Auger-Aliassime
AFP

Coup d'oeil sur cet article

À défaut de connaître du succès en simple cette semaine, le Québécois Félix Auger-Aliassime a atteint la finale de double au Masters de Paris-Bercy, samedi.

En demi-finale, Auger-Aliassime et son partenaire polonais Hubert Hurkacz sont venus à bout des quatrièmes têtes de série, le Brésilien Marcelo Melo et le Polonais Lukasz Kubot, par un pointage de 6-2, 1-6 et 10-5.

C’est la première fois que «FAA» accède à une finale en double sur le circuit de l’ATP depuis le début de sa carrière, après six participations en solo.

Durant leur parcours vers la grande finale, Auger-Aliassime et son acolyte ont notamment surpris, jeudi, les grands favoris de cette compétition de double, soit l’Argentin Horacio Zeballos et le Colombien Robert Farah.

En ronde ultime, Auger-Aliassime et Hurkacz affronteront le Croate Mate Pavic et le Brésilien Bruno Soares, deuxièmes têtes de série de l’épreuve.

En début de semaine, le Québécois avait été éliminé dès le premier tour à Paris, en simple, par le Croate Marin Cilic.

Raonic s’incline en demi-finale

Autre représentant canadien, Milos Raonic a pour sa part disputé, samedi, la demi-finale de ce tournoi en simple, s’inclinant alors en deux manches de 6-4 et 7-6 (4) face au Russe Daniil Medvedev, cinquième au monde.

Raonic, qui vient pour sa part au 17e rang du classement de l’ATP, a manqué un peu d’opportunisme durant ce match alors qu’il a réussi un seul bris en sept occasions.

«Dans certains moments clés, il a trouvé la manière d’être l’agresseur. Il dictait le jeu un peu plus, a dit Raonic en entrevue à l’ATP. J’ai essayé de changer le rythme, mais peut-être que j’y suis parvenu un peu trop tard.»

Les deux joueurs ont bien fait au service, mais Medvedev a été plus solide quand il avait besoin d’une deuxième balle. Dans de telles circonstances, soit avec son second service, Raonic n’a remporté que 29% des échanges.

«Quand tu joues contre Milos, tu es toujours à risque puisque s’il réussit à te briser, c’est très difficile de le briser en retour, a indiqué Medvedev. Je savais que je devais rester concentré. Le premier set a été formidable, je n’ai eu aucun point de bris à sauver... et j’ai réussi à le briser de belle façon. Le deuxième set a été beaucoup plus serré.»

En finale, le Russe se mesurera à l’Allemand Alexander Zverev, septième au monde, qui a vaincu l’Espagnol Rafael Nadal en deux manches de 6-4 et 7-5 dans l’autre demi-finale.