/word/usa/election2020
Navigation

Biden élu: les liens avec les États-Unis renforcés selon le président afghan

Coup d'oeil sur cet article

Le président afghan Ashraf Ghani a annoncé dimanche que les liens entre Kaboul et Washington devraient être renforcés autour de sujets tels que le contre-terrorisme et le processus de paix, alors qu’il félicitait Joe Biden pour sa victoire électorale. 

« L’Afghanistan a hâte de continuer et d’approfondir son partenariat stratégique multidimensionnel avec les États-Unis — notre partenaire fondateur — y compris pour le contre-terrorisme et amener la paix en Afghanistan », a écrit M. Ghani sur Twitter.

La victoire de M. Biden a aussi été bien accueillie par les habitants de Kaboul, qui pensent que le nouveau président pourrait ralentir ce que beaucoup voient comme un retrait trop rapide des troupes américaines.

L’administration du président américain Donald Trump a signé un accord avec les talibans le 29 février qui entérine le retrait des troupes américaines du pays d’ici mai 2021.

« M. Biden finira aussi la guerre, mais il veut y mettre une fin responsable, pas précipitée comme M. Trump », a déclaré Mohammad Dawood, un vendeur de vêtements de la capitale.

« Il va ralentir le retrait d’Afghanistan et gardera des troupes ici, ce qui est une bonne nouvelle pour l’Afghanistan », a-t-il ajouté.

Le départ des troupes étrangères a été l’un des piliers des efforts de M. Trump pour mettre fin à la plus longue guerre de l’histoire américaine.

Son administration a accepté de se désengager totalement en échange de garanties sécuritaires de la part des talibans, notamment d’empêcher des groupes jihadistes transnationaux tels qu’al-Qaïda et l’État islamique d’opérer depuis l’Afghanistan.

Comme prévu, l’armée américaine a déjà fermé plusieurs bases à travers le pays et retiré des milliers de soldats.

Sur Twitter, Timor Sharan, professeur à l’Université américaine d’Afghanistan, a expliqué que le gouvernement de Biden aurait une approche « plus tolérante » aux pourparlers de paix, malgré un accord américano-taliban « terrible », car ne donnant aucune influence au gouvernement afghan.

Le texte n’a en effet par été ratifié par Kaboul — le gouvernement afghan a été exclu des négociations — mais a obligé le gouvernement afghan à libérer des milliers de prisonniers talibans dont de dangereux criminels.

Les pourparlers de paix entre Kaboul et les talibans ont enfin pu débuter le 12 septembre à Doha, quelques jours après la libération des derniers captifs.

Mais ces négociations, qui visent à mettre fin au conflit, n’ont pour l’instant mené à nulle part.

La violence, elle, n’a fait qu’augmenter à travers le pays, avec des attaques journalières par les talibans contre les forces afghanes.

En quelques jours, des dizaines de personnes ont péri dans deux attaques visant une université et un centre éducationnel à Kaboul.

Les deux incidents ont été revendiqués par l’EI, mais de nombreux responsables ont accusé les talibans.

« L’élection de Joe Biden comme président est une bonne nouvelle pour l’Afghanistan », a estimé Ahmad Jawed, étudiant à Kaboul.

« Je pense qu’il ne répétera pas les erreurs commises par M. Trump. Je pense que M. Biden va même reconsidérer l’accord américano-taliban et ensuite, d’une manière ou d’une autre, garder quelques soldats en Afghanistan », a-t-il conclu.