/finance/business
Navigation

Compagnies aériennes: pas d’aide sans remboursement, dit Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement fédéral a ouvert la porte, dimanche, à une aide substantielle aux compagnies aériennes, mais il prévient qu’elles devront rembourser les clients dont les vols ont été annulés si elles veulent toucher des fonds publics.

• À lire aussi: Des recours collectifs potentiels contre Air Canada aux États-Unis

• À lire aussi: Bousculé par la pandémie et le MAX, Boeing supprime 30 000 emplois en 2 ans

«Avant de commencer à dépenser ne serait-ce qu'un sou de l'argent des contribuables au bénéfice des transporteurs aériens, nous nous assurerons que les Canadiens obtiennent leurs remboursements», a affirmé le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, dans une déclaration écrite. 

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Le ministre prévoit de commencer des discussions avec les transporteurs dans les prochains jours.

«Nous sommes prêts à mettre en place un processus avec les grands transporteurs aériens à propos d'une aide financière qui pourrait comporter des prêts et possiblement d'autres types de soutien dans le but de garantir des résultats importants pour les Canadiens», a-t-il précisé.

«Nous nous assurerons que les Canadiens et les collectivités régionales conservent des liaisons aériennes avec le reste du Canada et que les transporteurs aériens canadiens maintiennent leur statut de clients clés dans l'industrie aérospatiale du Canada. Toute aide que le gouvernement du Canada fournit viendra avec des conditions strictes en vue de protéger les Canadiens et l'intérêt public», a-t-il ajouté.

Contrairement à bien d’autres pays, le Canada n’a pas forcé ses compagnies aériennes à rembourser les passagers dont les vols ont été annulés par la pandémie de COVID-19. De nombreux clients ont exprimé leur mécontentement concernant cette politique d’Ottawa. Au lieu de ravoir leur argent, ces consommateurs ont reçu des bons à utiliser au cours des deux prochaines années avec leur transporteur aérien, une solution qui ne faisait pas l’affaire de plusieurs.

De leur côté, les compagnies aériennes ont vu d’un bon œil l’aide envisagée par Ottawa, un soutien réclamé depuis longtemps.

«L’industrie ne se redressera pas sans un leadership fédéral fort. Nous sommes encouragés par la décision du gouvernement de travailler avec les transporteurs pour essayer de stabiliser le secteur», a affirmé Mike McNaney, président et directeur général du Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNLA), par communiqué.

Cette organisation qui représente les plus grands transporteurs aériens du Canada, dont Air Canada, Air Transat et WestJet, a souligné que la COVID-19 a eu «un impact dévastateur» et que les compagnies aériennes «luttent pour rester viables». Elle a mentionné que les coûts avaient été comprimés au maximum.

Le conseil a cependant ajouté qu’Ottawa devra faire plus que de verser de l’argent.

«En plus du soutien financier, une stratégie fédérale d’essais pour l’aviation est essentielle pour garantir que l’industrie puisse redémarrer en toute sécurité, s’attaquer aux restrictions de voyage régionales et aux mesures frontalières internationales, et faire en sorte que l’aviation puisse jouer le rôle central qu’elle doit jouer dans l’éventuelle reprise économique du Canada», a dit M. McNaney.