/word/usa/election2020
Navigation

Élection présidentielle: Netanyahu félicite Biden et remercie Trump

Élection présidentielle: Netanyahu félicite Biden et remercie Trump
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a félicité dimanche matin Joe Biden pour sa victoire électorale en qualifiant le leader démocrate de «grand ami d’Israël», et il a remercié Donald Trump d’avoir porté la relation entre Israël et les États-Unis à des «sommets inégalés».

«Félicitations à Joe Biden et Kamala Harris. Joe, nous nous connaissons depuis près de 40 ans, notre relation est chaleureuse et je sais que tu es un grand ami d’Israël», a écrit M. Netanyahu sur son compte Twitter officiel.

«J’espère pouvoir, avec vous deux, approfondir encore davantage l’alliance spéciale qui lie les États-Unis et Israël», a ajouté M. Netanyahu qui avait déjà qualifié Donald Trump de «meilleur ami qu’Israël n’a jamais eu à la Maison-Blanche».

«Merci, Donald Trump, pour l’amitié que vous avez démontrée envers Israël et moi personnellement, pour la reconnaissance de Jérusalem et du Golan, pour votre position face à l’Iran, pour ces accords de paix historiques et pour avoir mené l’alliance américano-israélienne à des sommets inégalés», a souligné M. Netanyahu dans un second message.

Reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’État hébreu, soutien à la colonisation en Cisjordanie occupée, bénédiction à l’annexion du Golan et parrainage de la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes: le président républicain Donald Trump a laissé sa marque pour Israël.

Et le premier ministre Benjamin Netanyahu espérait, comme la majorité des Israéliens, la victoire du magnat de l’immobilier à la présidentielle américaine.

Selon deux récents sondages, 63% des Israéliens préfèrent M. Trump à M. Biden (17%-18%), dont les supporters seraient moins nombreux que les indécis (20%).

Pourtant, Joe Biden connaît Israël depuis longtemps, pays qu’il a visité pour la première fois en 1973. Et il avait soutenu en 2015 que les États-Unis devaient respecter leur «promesse sacrée de protéger le foyer d’origine des Juifs».

Malgré ses liens profonds et la visite de neuf gouverneurs démocrates contre sept républicains en Israël depuis 2017, selon les indications fournies à l’AFP par la diplomatie israélienne, plusieurs en Israël regardent avec méfiance les troupes de Joe Biden.

Des élus israéliens craignent l’émergence d’une nouvelle génération, jugée moins favorable, sinon hostile, à l’État hébreu au sein du Parti démocrate, et un adoucissement sous Joe Biden de la politique américaine face à l’Iran.

Le chef de l’opposition israélienne, le centriste Yaïr Lapid, qui s’était inquiété récemment de l’émergence de «voix radicales» et «anti-Israël» au sein des démocrates américains, a félicité dès samedi Joe Biden et sa colistière Kamala Harris, en les appelant à renforcer les relations avec Israël sur la base de «valeurs» et «d’intérêts» chers aux deux pays.