/investigations
Navigation

Le gros lot de la COVID: 371 millions $ du fédéral pour des blouses médicales

Une petite entreprise ontarienne décroche le contrat fédéral le plus important en lien avec la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Une petite entreprise d’Ottawa avare de détails sur son expérience dans le secteur médical a décroché le plus gros contrat accordé par le gouvernement Trudeau lors de son blitz d’achats lié à la COVID-19 le printemps dernier.

L’entreprise Proline Advantage a obtenu un contrat sans appel d’offres de 371,3 millions $ pour importer une quantité inconnue de blouses médicales de protection, destinées à renflouer les réserves du système de santé canadien.

Selon le registre fédéral des entreprises, Proline Advantage ne compte que deux administrateurs. Fondée en 2008, elle est enregistrée au nom de Mike Caron et de Chantal Beauchamp, qui, selon nos recherches, possèdent une maison unifamiliale en commun dans la partie est d’Ottawa, et dont l’adresse est celle indiquée au registre comme siège social de la compagnie.

Elle n’avait jamais fait d’affaires avec Ottawa auparavant.

Mike Caron, de l’entreprise Proline Advantage d’Ottawa, a décroché le plus gros contrat de matériel médical accordé par le gouvernement Trudeau lors de son blitz d’achat lié à la COVID-19 au printemps.
Photo Facebook
Mike Caron, de l’entreprise Proline Advantage d’Ottawa, a décroché le plus gros contrat de matériel médical accordé par le gouvernement Trudeau lors de son blitz d’achat lié à la COVID-19 au printemps.

«On a bossé comme des fous et on a fourni les blouses au gouvernement canadien», a souligné M. Caron, lors d’une brève entrevue téléphonique. 

Il a expliqué qu’il avait su saisir sa chance.

«Le gouvernement a dit : “vous êtes les seuls qui puissent fournir ce type” [de blouses]. Personne d’autre n’était capable d’en trouver et on a gagné le contrat.» 

435 conteneurs

M. Caron a soutenu que sa compagnie disposait déjà d’une expérience dans le domaine médical, sans préciser laquelle. 

«On n’a rien à cacher», a-t-il néanmoins enchaîné.

L’homme d’affaires a indiqué que pas moins de 435 conteneurs remplis de blouses avaient été nécessaires pour honorer la commande d’Ottawa. Il s’agit de vêtements de niveau 3, qui offrent la meilleure protection possible. 

Photo Adobe stock

Mais il n’a pas été possible d’obtenir davantage d’informations de sa part. M. Caron a affirmé qu’il souhaitait s’entretenir avec son avocat avant de répondre à plus de questions. 

Par la suite, il n’a émis qu’un bref commentaire indiquant que le contrat de sa compagnie devrait faire l’objet d’un examen ultérieur du vérificateur général du Canada.

Deux autres compagnies

Sur l’en-tête de sa page Facebook, M. Caron se présente comme étant le propriétaire de la marque Portions Master et de MaxQ Nutrition. 

Il s’agit de deux firmes qui vendent des suppléments alimentaires, comme des protéines en poudre, et un système de portions pour perdre du poids. MaxQ Nutrition semble viser plus spécifiquement les adeptes de la musculation, comme en témoignent les photos sur son site web. 

Fournisseur chinois

À part ces suppléments, il a été impossible de trouver des produits médicaux associés aux compagnies de M. Caron malgré nos recherches approfondies sur internet. Proline Advantage est, quant à elle, très peu active sur le web.

Selon nos informations, au moins une large partie des blouses commandées par la compagnie de M. Caron provient de la Chine. Le site spécialisé ImportGenius indique que 300 conteneurs ont été expédiés sur une période de plusieurs mois à Proline Advantage par Huaian Angel Medical Instruments, situé près de Shanghai.

D’après Services publics et Approvisionnement Canada, Proline Advantage est passée par le site gouvernemental achatsetventes.gc.ca pour offrir ses blouses médicales au printemps dernier. 

– Avec Sarah Daoust-Braun

Financement exceptionnel   

Pour être en mesure de financer l’achat d’une immense quantité de blouses, Proline Advantage, qui n’avait manifestement pas les reins assez solides afin d’avancer des centaines de millions de dollars, a bénéficié d’un geste exceptionnel du fédéral en temps normal. 

Ottawa a payé la facture du contrat de Proline avant même que les blouses n’arrivent ici.

Selon des documents internes, découverts par notre Bureau d’enquête, Proline n’est pas la seule à avoir obtenu cet avantage. 

« De nombreux entrepreneurs ont demandé des paiements anticipés » pour l’achat d’équipements liés à la COVID, indique-t-on dans une note de Services publics et Approvisionnement Canada. 

À cause de l’urgence de la situation, plusieurs de ces demandes ont été acceptées, indique-t-on. Le gouvernement s’est néanmoins protégé en déposant les sommes dans des comptes en fiducie. 

Des experts en commerce international consultés par notre Bureau d’enquête ont expliqué que cette façon de faire est inhabituelle. En temps normal, c’est à la compagnie qui est intermédiaire entre le fabricant et l’acheteur de payer la marchandise à l’avance. 

Le mystère plane sur le prix à l’unité des blouses   

Le fédéral refuse de dévoiler le nombre de blouses obtenues en vertu du contrat avec Proline en prétextant la nécessité de protéger « des informations de nature délicate sur les prix », a-t-on indiqué dans un courriel. 

Sans ce nombre, il est donc impossible de calculer le prix de revient de chacune d’entre elles et de tenter d’évaluer si Ottawa a fait une bonne affaire. 

Pour l’opposition conservatrice à Ottawa, ce refus suscite des questions. 

« Est-ce qu’on a eu un bon prix pour les blouses ? A-t-on payé le double, le triple des prix normaux ? » se demande le député Pierre Paul-Hus, critique en matière de services publics et d’approvisionnement. 

« Après tout, c’est l’argent des contribuables », dit-il. 

L’urgence de la COVID-19 ne devrait pas justifier l’idée de dépenser sans compter, qui semble être celle, croit-il, du gouvernement Trudeau. 

Il ne faut pas oublier, dit-il, que les sommes en jeu sont colossales. Pour faire une comparaison, M. Paul-Hus relève que la valeur du contrat accordé à Proline Advantage pour les blouses équivaut à elle seule aux coûts de construction du Centre Vidéotron à Québec. 

Les 10 plus gros contrats   

Le gouvernement Trudeau a accordé plus de 6 milliards $ en contrats pour renflouer les réserves en matériel médical du système de santé canadien. Voici les 10 plus gros :

371,3 M$  

  • Proline Advantage (Ottawa)    
  • blouses, étranger       

282,5 M$  

  • CAE (Montréal)    
  • ventilateurs, Canada       

257,2 M$  

  • Mufactor (Calgary)    
  • blouses, étranger       

252,4 M$  

  • BYD Canada (Newmarket, Ontario)    
  • désinfectant pour les mains, étranger       

244,7 M$  

  • Sinopharm (Chine)    
  • gants, étranger       

240,3 M$  

  • Abbott Rapid Diagnostics (États-Unis)   
  • tests COVID, étranger       

237,3 M$  

  • FTI Professional Grade (Guelph, Ont.)     
  • ventilateurs, Canada *       

222,7 M$  

  • Thornhill Medical (Toronto)   
  • ventilateurs, Canada       

176,1 M$  

  • Campbell Drug Stores (Mississauga, Ontario)    
  • blouses, étranger       

169 M$   

  • Mariner Endosurgery (Hamilton, Ont.)    
  • blouses, étranger       

Source : Services publics et Approvisionnement Canada 

* Le contrat pour ces ventilateurs a été sous-traité à Baylis Medical, qui est dirigée par l’ancien député fédéral Frank Baylis.