/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Des rassemblements en série observés partout au Québec

Des experts s’inquiètent d’une possible flambée de cas de COVID-19 à cause de ça

FD-RASSEMBLEMENT-VOITURES-MONTREAL
Photo Agence QMI, Pascal Girard Des centaines d’amateurs de voitures modifiées ont donné du fil à retordre aux policiers après des rassemblements illégaux dans la région métropolitaine, dont ici, dans le stationnement d’un magasin Canadian Tire de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Les nombreux rassemblements rapportés depuis une dizaine de jours témoignent d’un relâchement qui fait craindre une possible flambée de cas de COVID-19, selon des experts.

• À lire aussi: [EN DIRECT 9 NOVEMBRE 2020] Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Automobilistes délinquants: «Quand est-ce qu’on va avoir une politique de douchebags à travers le Québec?»

• À lire aussi: Des covidiots en autos: un piéton happé à mort après un rassemblement de voitures modifiées

« De se rassembler comme ça, on est en train de mettre la table pour de la transmission à grande échelle. Les gens n’iront pas nécessairement se faire dépister, il y aura des nouvelles vagues de cas et ça pourrait devenir hors de contrôle », fait valoir la Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste à l’hôpital Sainte-Justine. 

Caroline Quach.
Microbiologiste-infectiologue
Photo d'archives
Caroline Quach. Microbiologiste-infectiologue

Des partys réunissant plusieurs dizaines de personnes, sinon davantage, ont été recensés un peu partout au Québec depuis la fin du mois d’octobre.

Les forces policières ont notamment dû intervenir dans un chalet loué par des étudiants en Outaouais, dans un entrepôt et un débit de boissons clandestin à Montréal, où plusieurs centaines de constats d’infraction ont été signifiés aux contrevenants identifiés. 

Ce week-end, un bar réunissant plus de 200 personnes et une résidence de Sherbrooke ont été visités en raison de débordements. Un rassemblement de plus de 1000 amateurs de voitures dans un stationnement de Laval a aussi donné du fil à retordre aux policiers.

Ras-le-bol ?

« On peut comprendre que les gens en aient assez. Ceci étant dit, ce n’est vraiment pas le temps de lâcher et il faut éviter de tenir ce genre de rassemblements », s’inquiète de son côté le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

Selon lui, les données de la transmission du coronavirus au Québec permettent de croire que de gros partys n’arrivent pas fréquemment. 

« Si ces rassemblements étaient plus nombreux, on aurait encore plus de cas présentement. Ça serait évidemment une catastrophe », soutient le médecin, parlant d’un « effet exponentiel ».

Occasion de transmission

Les rassemblements privés, encore plus dans des endroits fermés, sont extrêmement propices à la propagation de la COVID-19, rappellent les experts.

« On sait qu’il y a des gens qui font fi des mesures de base qui nous aideraient à maintenir ou même réduire le taux d’infection. On se maintient de peine et de misère en ce moment dans les 1000 cas par jour », souligne Christian Jacob, président de l’Association des microbiologistes du Québec. 

« Il faut éviter les contacts, si on ne veut pas se rendre à un point où il y a plus de cas qu’on ne peut en gérer », conclut-il.

  • L’Estrie passera en zone rouge jeudi. Par ailleurs, le Québec a enregistré lundi 1169 nouveaux cas positifs et 15 décès, pour des totaux de 115 989 cas et 6455 morts.

Un party après l’autre 

24 octobre

  • Un chalet de luxe de Chelsea, en Outaouais, est loué par près d’une centaine d’étudiants qui font la fête avant que la police débarque. 

30 octobre

  • La police de Montréal casse un party avec au moins 83 personnes dans un entrepôt du quartier Ahuntsic. 

31 octobre

  • Au moins 145 personnes se trouvent dans un débit de boissons clandestin situé dans Outremont, à Montréal. Une perquisition d’envergure met fin au rassemblement.

4 novembre 

  • Des préparatifs, organisés pour une réception dans un stationnement intérieur de Côte-des-Neiges où plus de 200 personnes sont attendues, sont interrompus par la police.

7 novembre

  • Des centaines d’amateurs de voitures modifiées donnent du fil à retordre aux policiers après des rassemblements illégaux dans la région métropolitaine. 

8 novembre

  • Environ 200 personnes se trouvent dans un bar de Sherbrooke où il n’y avait pas de distanciation et où peu de personnes portent le masque.  
Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.