/lifestyle/books
Navigation

«Le boys club»: Martine Delvaux décroche le Grand prix du livre de Montréal

«Le boys club»: Martine Delvaux décroche le Grand prix du livre de Montréal
© Valérie Lebrun

Coup d'oeil sur cet article

Parce qu’elle a rédigé l’essai Le boys club, Martine Delvaux est la lauréate du Grand prix du livre de Montréal 2020.

En s’intéressant de près à l’univers réservé aux hommes, l’auteure a vu son oeuvre être préférée à près de 200 autres titres soumis, cette année, par différentes maisons d’édition.

L’honneur décerné lundi, sur le web, par la Ville de Montréal et les Bibliothèques de Montréal, est notamment accompagné d’une bourse de 15 000$.

«Cet essai est une vigie. Dans sa mire, il y a l'oppression patriarcale qui s'est pétrifiée en système et les comportements qui sont à l'œuvre dans une structure trop souvent invisible», s’est notamment réjoui le jury.

Outre Le boys club, la liste des cinq finalistes annoncés en octobre comprenait Dominoes at the Crossroads (nouvelles), de Kaie Kellough, L’espace caressé par ta voix (poésie), signé Pierre Nepveu, Les manifestations (roman), imaginé par Patrick Nicol et Le Mammouth (roman), rédigé par Pierre Samson.

Grâce à cette victoire, Martine Delvaux – à qui on doit également l’essai Les filles en série: des Barbies aux Pussy Riot – succède donc à Carol David, primée l’an dernier après avoir publié son recueil de poésie intitulé Comment nous sommes nés.