/news/education
Navigation

COVID-19: hausse des cas dans les écoles malgré les mesures sanitaires

Le nombre de classes fermées a toutefois diminué, selon le gouvernement

Palmarès des écoles
Photo Chantal Poirier Le port du masque est obligatoire pour les élèves en zones rouges, comme à l’école secondaire Saint-Jean-Baptiste à Longueuil.

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de cas de COVID-19 dans les écoles a considérablement augmenté, malgré les mesures sanitaires imposées dans les zones rouges, et aucun assouplissement n’est envisagé. 

• À lire aussi: École secondaire Les Sentiers: du personnel rappelé à l’ordre après des 5 à 7

Le 1er octobre, le gouvernement Legault annonçait la fermeture des bars, des salles à manger de restaurants et des salles de spectacle pour juguler la seconde vague de l’épidémie dans les régions en alerte maximale. Il y avait, à ce moment-là, 1341 cas positifs confirmés et actifs dans le réseau scolaire et on dénombrait 674 classes fermées.  

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Une semaine plus tard, le masque était imposé en tout temps aux élèves du secondaire, et les activités parascolaires étaient interdites. Sans parler des élèves de la 3e, 4e et 5e secondaire, qui ne vont désormais à l’école qu’un jour sur deux. On comptait alors 1769 élèves ou membres du personnel infectés par le virus et 1016 classes fermées.

Mais la COVID-19 ne s’est pas essoufflée. Datées du 6 novembre, les plus fraîches données font état de 2660 cas positifs confirmés et actifs dans le réseau scolaire. Une lueur d’espoir toutefois, alors que le nombre de classes fermées a diminué à 850.

Concept «efficace»

C’est ce qui fait dire au ministre Jean-François Roberge que le concept de bulle-classe étanche est «efficace». La patience est donc de mise pour les ados qui rêvent de pouvoir reprendre le sport étudiant et les activités parascolaires en dehors de leur groupe.

«Je n’ai pas de recommandations de la Santé publique avec un allègement [des règles sanitaires]», précise en entrevue le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. «On n’est pas vraiment dans une logique en ce moment d’allègement et de faire éclater les groupes-classes, de permettre des contacts supplémentaires.» 

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Il assure qu’il ne travaille pas non plus sur des mesures plus strictes pour les écoles. «L’ensemble des mesures gouvernementales, dans les écoles et à l’extérieur des écoles, sont efficaces, mais pourraient l’être encore plus, dit-il. On veut faire baisser la courbe encore. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on a freiné la montée». 

Les plus récentes données de contamination dans le réseau scolaire ne permettent pas de juger des effets des mesures sanitaires imposées aux élèves, estime pour sa part la Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre et infectiologue au CHU Sainte-Justine.

Chiffres non disponibles 

Selon elle, pour y arriver, il faudrait pouvoir savoir combien de ces élèves et de ces membres du personnel ont été contaminés à l’école. Des chiffres qui ne sont pas disponibles. «Puisqu’il y a plein de transmission dans la communauté, c’est fort possible qu’un enfant arrive à l’école et soit positif parce que ses parents étaient positifs à la maison», plaide-t-elle.

  • Écoutez la députée libérale Marwah Rizqy sur les éclosions de COVID-19 dans les écoles

EN CHIFFRES  

Nombre de cas positifs confirmés présentement actifs dans le réseau au 1er octobre  

  • Nombre d’élèves : 1130   
  • Membres du personnel : 211   
  • Total : 1341   
  • Nombre de classes fermées au 1er octobre: 674   

Nombre de cas positifs confirmés actifs dans le réseau au 7 octobre  

  • Nombre d’élèves : 1451  
  • Membres du personnel : 318  
  • Total : 1769  
  • Nombre de classes fermées au 7 octobre: 1016   

Nombre de cas positifs confirmés actifs dans le réseau au 6 novembre  

  • Nombre d’élèves : 2014   
  • Membres du personnel : 646  
  • Total : 2660  
  • Nombre de classes fermées au 6 novembre: 850   

Les réseaux scolaires publics et privés comptent un peu plus de 1 300 000 élèves et plus de 226 000 membres du personnel