/entertainment/tv
Navigation

Une mise en garde pour La petite vie

Radio-Canada rapatriera finalement l’épisode qu’elle avait retiré d’ICI Tou.tv

La petite vie
Photo courtoisie Une scène du controversé épisode de La petite vie.

Coup d'oeil sur cet article

La petite vie sera désormais accompagnée d’un message d’avertissement. Radio-Canada a pris cette décision après avoir suscité de vives réactions en retirant d’ICI Tou.tv un épisode du sitcom-culte de Claude Meunier.

• À lire aussi: Radio-Canada retire un épisode de «La petite vie» avec Normand Brathwaite

• À lire aussi: Retrait d’un épisode de La petite vie: le chef du PQ veut une loi pour encadrer la censure à Radio-Canada

• À lire aussi: Le retrait d’un épisode de «La petite vie» créera de l’autocensure chez les créateurs, selon Martin Petit

Intitulé Le vidéo, cet épisode réinté-grera la plateforme de vidéo sur demande jeudi, a annoncé le diffuseur public. Dans un communiqué, Radio-Canada indique que l’épisode en question contenait « des représentations culturelles datées ».

Durant cette demi-heure originalement diffusée en 1995, Caro (Guylaine Tremblay) présentait à Popa (Claude Meunier) et Moman (Serge Thériault) un ami ougandais (Normand Brathwaite), un professeur en sociologie en visite pour étudier les coutumes d’une famille québécoise typique.

La société d’État explique avoir retranché l’épisode jeudi dernier pour « prendre le temps de réfléchir ». Après « plusieurs consultations », l’épisode reviendra en ligne, mais accompagné du panneau d’avertissement suivant : « Ce programme est proposé tel qu’il a été originellement créé et peut contenir des représentations sociales et culturelles différentes d’aujourd’hui. »

La petite vie verra tous ses épisodes précédés de ce message.

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher sur QUB radio:

Caractère absurde

Le retrait de l’épisode a suscité de nombreuses réactions. Dans un message transmis au Journal, la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC) indique qu’elle « reconnaît l’importance des débats actuels autour du racisme », mais qu’on doit également tenir compte du caractère absurde de l’œuvre.

« Le personnage imaginé par Meunier et interprété par Brathwaite est certainement caricatural, mais Popa et Moman le sont encore davantage, commente la vice-présidente de l’association, Joanne Arseneau. Ce qui ressort de l’émission, pour mémoire, c’est l’ignorance, dénoncée par l’auteur, d’une autre culture, une ignorance si ridicule qu’elle provoque le rire. »

Le recours au panneau de mise en garde était l’option privilégiée par l’Association québécoise des productions médiatiques. « On doit préserver l’intégrité des séries et des films, commente la présidente--directrice générale du regroupement, Hélène Messier. Ce serait dommage qu’on se prive d’une partie de notre histoire, de notre culture. »

Un contexte « délicat »

La direction de Radio-Canada avait averti le Groupe Avanti, la boîte de production derrière La petite vie, qu’elle s’apprêtait à retirer l’épisode « temporairement » d’ICI Tou.tv. La directrice générale de l’entreprise, Monic Lamoureux, signale qu’elle appuie la décision du diffuseur. « Le contexte est délicat. Les susceptibilités sont différentes », déclare-t-elle.

Vingt-sept ans plus tard, La petite vie demeure une vache à lait pour Radio-Canada. Ses reprises génèrent d’excellentes cotes d’écoute le samedi. La dernière rediffusion de l’épisode Le vidéo remonte au 22 février dernier. Plus de 720 000 personnes l’avaient regardé, rapporte Numéris. 

Des personnages problématiques ?  

Après avoir passé au peigne fin La petite vie, est-ce que Radio-Canada révisera toutes ses anciennes émissions ? Joint au téléphone, le premier directeur des relations publiques du diffuseur n’a pas voulu commenter davantage.

Mais si jamais Radio-Canada se prêtait à cet exercice exhaustif, voici quelques personnages qui pourraient poser problème, selon les critères actuels.

– Bill Wabo (Guy Provencher) dans Les Belles histoires des pays d’en haut / Cet Amérindien, qu’on traitait de « sauvage », était particulièrement stéréotypé.

– Patrice (Normand Brathwaite) dans Chez Denise / Cette caricature de plongeur haïtien passerait difficilement la rampe.

– Ti-Coune (Denys Paris) dans Le temps d’une paix / Cette représentation d’un homme atteint d’un handicap mental ferait grincer des dents en 2020. 

– Mario Duquette (Michel Forget) dans Du Tac au Tac / Ce comptable aux mains baladeuses correspond au modèle d’un harceleur.

– Jean-Paul Belleau (Gilbert Sicotte) dans Les dames de cœur / Ce macho séducteur a charmé plusieurs téléspectatrices à l’époque. Rien n’est moins sûr aujourd’hui.