/misc
Navigation

La secte

Coup d'oeil sur cet article

En politique, on peut partager certaines valeurs avec un parti ou un candidat tout en gardant son libre arbitre. Les raisons qui motivent une personne à voter pour un parti ou un autre ne sont pas homogènes et il est rare qu’on partage 100 % des idées d’un candidat.

En ce qui concerne Donald Trump, les derniers jours ont confirmé qu’un nombre important de ses adeptes semblent plus endoctrinés qu’autre chose.

Du grand n’importe quoi

À fréquenter Twitter, on s’inquiète du nombre d’adeptes de Trump convaincus que l’élection américaine a été détournée par un grand coup monté par l’État profond et la gauche socialiste.

Pour les uns, les bulletins de vote ont été truqués, pour les autres, le président sortant a lui-même orchestré sa défaite apparente pour piéger ses détracteurs et faire fermer les salles de nouvelles qui l’ont déclaré perdant.

Même de notre côté de la frontière, on trouve d’ardents défenseurs des théories farfelues diffusées par le président défait. Comme si l’opinion d’un Québécois dans son sous-sol allait avoir quelque incidence sur le résultat de l’élection américaine.

Une secte comme les autres

Les liens sont nombreux entre les sectes et le mouvement complotiste QAnon. Les adeptes des unes comme ceux de l’autre se retirent progressivement du monde réel et se réfugient avec leur communauté dans une réalité parallèle et tordue. 

Les trumpistes extrêmes ont l’impression d’avoir compris une vérité profonde qui échappe à la majorité. Cette seule conviction leur fournit la valorisation dont ils ont besoin pour s’enfoncer davantage dans le délire.

Mais quelle différence y a-t-il entre les gens qui croient à une immense conspiration pédophile organisée par l’État profond et ceux qui croient aux Élohim de Raël ?

Ces croyances sont le symptôme d’un immense mal de vivre qui pousse des esprits marginalisés à chercher un sentiment d’appartenance à tout prix. 

Ce serait triste si ce n’était pas si inquiétant.