/misc
Navigation

LNH : jouera, jouera pas ?

HKN-HKO-SPO-2020-NHL-DRAFT---ROUND-ONE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Question difficile, mais légitime. Le dossier est autrement plus complexe qu’il n’y paraît.

• À lire aussi: Le Canadien, «une très bonne équipe»

Lors de la reprise des activités en villes bulles cet été, les propriétaires n’avaient plus qu’une seule période de paye à honorer auprès des joueurs. Malgré cette économie de dépenses, compte tenu du nombre de matchs à programmer, les pertes financières se sont avérées nettement plus importantes que prévu. 

Les droits de télédiffusion et de commandites étaient les seules sources de revenus, et les auditoires n’ont pas atteint les objectifs anticipés. C’est avec ce goût amer en bouche que les propriétaires ont amorcé leur réflexion quant à une reprise de leurs activités.

La Ligue nationale de hockey fait face à un défi autrement plus important que les autres ligues majeures nord-américaines. La NBA et la NFL peuvent arriver à contenir les pertes en raison de droits de télédiffusion bien plus élevés que ceux de la LNH. Gary Bettman a besoin des recettes aux guichets pour maintenir un plan d’affaires viable. 

Doute semé

Ce n’est certainement pas un hasard si une manchette est apparue il y a deux semaines au sujet de la clause du 72 % des salaires à être versés aux joueurs, peu importe le nombre de matchs à être disputés lors de la prochaine campagne. 

Cet acquis important de Donald Fehr lors des négociations en vue de la reprise pandémique à Edmonton et Toronto est un frein au plan de relance actuel.

Les joueurs n’ont pas du tout apprécié de lire que les propriétaires avaient une interprétation différente de la leur au sujet de cette clause du 72 % à verser. Les parties ont plus tard confirmé qu’aucune discussion en lien avec cette perspective ne s’était tenue entre elles, mais le doute est semé dans la tête des joueurs.

Est-ce que c’était l’objectif visé par la LNH ? Laisser échapper une intention de ne pas honorer à hauteur de 72 % les salaires des joueurs la saison prochaine ? Sans pouvoir l’affirmer, soulever la question semble légitime. L’enjeu est grand. 

importantes pertes

Une saison de 82 matchs sans spectateurs rapporterait, selon les estimations de la LNH, 1,7 milliard en revenus, alors que le même calendrier déconfiné ferait sonner la caisse à hauteur de 4,7 milliards. 72 % des salaires des joueurs correspondent approximativement à 1,6 milliard de dépenses. Cela équivaut pour les propriétaires à donner leur accord pour disputer une saison complète en assumant l’ensemble des coûts d’exploitations de leur équipe, excluant les salaires des joueurs. De quoi perdre en moyenne 20 à 25 millions par concession. Le commissaire Bettman est mieux d’avoir quelques as dans son jeu pour convaincre ses gouverneurs d’embarquer là-dedans... 

Voilà pourquoi les joueurs sont anxieux. Plusieurs d’entre eux ont davantage à perdre en ne recevant pas de salaire pendant 1 an, contrairement aux propriétaires qui pourraient limiter leurs pertes s’il n’y a pas de saison... comme lors du lock-out de 2004-2005...

Gary Bettman et Donald Fehr discutent actuellement. Comment ça se passe ? Bonne question. 

Entre-temps, la NBA annonce qu’elle reprend ses activités sur 72 matchs à compter du 22 décembre. Vigie importante sur la LNH lors des prochains jours. Gary adore suivre le mouvement de sa grande sœur...