/news/currentevents
Navigation

Une mamie autochtone se noie en revenant de la chasse

Son véhicule aurait fait une embardée avant de sombrer dans un lac dimanche

Décès femme Opitciwan
Photo courtoisie Christine Awashish

Coup d'oeil sur cet article

Une grand-mère de 10 petits-enfants et amoureuse du bois d’une communauté attikamek de la Mauricie a connu une fin atroce, dimanche en rentrant de la chasse, quand son véhicule a sombré dans un lac.

« C’est une femme qui avait foi en Dieu. Elle aimait beaucoup ses petits-enfants », a soufflé mardi Joseph Marcel Awashish au sujet de sa défunte épouse Christine Awashish, 58 ans, quelques heures après la découverte de sa dépouille.

La camionnette rouge de la défunte Christine Awashish a été remorquée en bordure de la route 212, en Mauricie, dimanche soir.
Photo tirée de Facebook
La camionnette rouge de la défunte Christine Awashish a été remorquée en bordure de la route 212, en Mauricie, dimanche soir.

La femme de la communauté d’Opitciwan, au nord de La Tuque, était une passionnée de chasse, selon son mari.

Dimanche matin, elle avait décidé de se rendre seule à leur campement, situé à environ 40 minutes de route de leur demeure, pour installer des collets à lièvre. 

Voyant qu’elle ne donnait pas signe de vie en fin de journée, ses proches inquiets ont alerté les autorités locales. 

En peu de temps, sa camionnette rouge a été aperçue renversée dans le lac Natowew, au kilomètre 142 de la route 212. La carcasse aux vitres fracassées et au toit cabossé a été extirpée des eaux, mais Mme Awashish n’était pas à bord.

Grande battue

Dès lors, un périmètre a été installé pour sécuriser la scène. Des membres de la famille immédiate de la dame se sont rendus sur place, en état de choc.

La Sûreté du Québec (SQ) a été dépêchée sur les lieux. Des spécialistes en plongée et en recherche terrestre ont été mis à contribution lundi. Un hélicoptère a aussi scruté les horizons à la recherche d’indices.

Les corps policiers d’Opitciwan et de la réserve Wemotaci ont également assisté aux recherches avec des citoyens.

Le corps inerte de la femme a finalement été retrouvé, mardi avant-midi, par les plongeurs, à quelques centaines de pieds de l’endroit où son véhicule a sombré.

« Elle aurait été éjectée. On n’a pas encore de confirmation relativement au port de la ceinture de sécurité », a précisé le sergent de la SQ Hugues Beaulieu.

Il a indiqué que plusieurs hypothèses seraient analysées et qu’il sera difficile de déterminer les circonstances de l’incident, faute de témoins. 

Un pont à sens unique

M. Awashish croit que sa femme a pu vouloir éviter une collision avec un camion circulant en sens inverse, à l’entrée d’un tout petit pont à voie unique.

« Elle n’a jamais eu d’accident et elle ne roulait pas vite », nous a-t-il assuré.

« On a eu cinq enfants. Elle était tout le temps joyeuse et aimait aller dans le bois et au chalet. C’est une bonne femme que j’ai perdue, a poursuivi celui avec qui elle a partagé 38 ans de sa vie. Je n’en veux pas une autre. Je veux faire ce qu’elle aurait fait, m’occuper de nos petits-enfants. »

– Avec Nora T. Lamontagne

  • Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a offert « ses plus sincères condoléances à la famille, aux proches, ainsi qu’à toute la communauté d’Opitciwan », sur Twitter mardi.