/sports/soccer/impact
Navigation

Impact: Olivier Renard analyse le cas Bojan

Le directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Le directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard

Coup d'oeil sur cet article

Invité à faire un bilan de la saison de son équipe, le directeur sportif de l’Impact de Montréal, Olivier Renard, a qualifié la dernière année d’étrange et d’encourageante.

En entrevue à l’émission JiC du réseau TVA Sports, Renard a toutefois reconnu qu’il restait beaucoup de chemin à faire, si bien que ses efforts sont axés sur 2021 en ce moment, et ce, même si son club a décroché son billet pour les éliminatoires de la MLS grâce à une victoire dramatique de 3-2 contre D.C. United.

«Encourageant, a-t-il indiqué. Comme ç’a été une saison étrange à tous les niveaux, ça résume un peu la situation. Il y a des choses qui sont négatives, très négatives, a-t-il reconnu. Il y a des positions sur le terrain où nous devons nous renforcer absolument. Nous sommes conscients de tout cela.»

«Mais globalement, c’est encourageant, a rappelé Renard, parce que certains jeunes ont montré le bout du nez et montrent des qualités.»

Bojan : à suivre

L’architecte de l’Impact n’a pas voulu confirmer le retour de Bojan l’an prochain. Plutôt timide en début de saison, l’Espagnol semble avoir trouvé son erre d’aller avec l’Impact.

«C’est vrai que, durant les dernières rencontres, Bojan a rempli son rôle de joueur important de l’équipe, a mentionné Renard. Disons qu'au début de la saison, il a composé avec des blessures et il a eu de la difficulté à trouver sa place sur le terrain.»

Renard estime d’ailleurs que le départ de Saphir Taïder a contribué au déclic.

«C’est vrai que sa place sur le terrain, c’est en numéro 10, où il joue depuis un certain temps, a-t-il observé. Après, je pense aussi que certaines décisions l’ont aidé à pouvoir prendre plus de responsabilités sportives, comme le départ de Taïder qui était un joueur très important pour le club, mais qui en même temps pouvait faire un petit peu d’ombre sur le terrain à Bojan en venant un petit peu dans ses zones à lui pour pouvoir faire la différence.»

«Ça a fait aussi un peu partie des détails lorsque nous avons décidé d’accepter l’offre pour Taïder», de faire savoir le directeur sportif.

À noter que le contrat de Bojan est assorti d'une option pour 2021. Reste à voir si l’Impact se prévaudra de celle-ci.

«Par rapport à l’année prochaine, on s’est déjà posé des questions, mais on va encore attendre un petit peu, par respect pour le joueur, a expliqué Renard. Il y a une date par rapport à une option et le premier qui sera au courant de nos idées, ce sera le joueur lui-même.»

Quioto sanguin, mais apprécié

L’acquisition de Romell Quioto, auteur de huit buts cette saison, figure certainement parmi les beaux coups de Renard depuis son arrivée à Montréal.

Mais l’Hondurien n’a pas toujours fait parler de lui pour les bonnes raisons. Expulsé en raison d’un coup de coude à la tête d’un adversaire, il n’a pas aidé la cause de son équipe contre l’Union de Philadelphie, le 20 septembre dernier.

Quioto a discuté de ce geste avec l’organisation. Son erreur a été pardonnée. La contribution de l'attaquant est très appréciée au sein de l'équipe.

«Je sais qu’il a eu un petit moment sanguin avec un carton rouge, mais je préfère nettement un joueur qui de temps en temps explose et qui, pendant toute l’année, donne tout et a montré le chemin à suivre qu’un joueur qui est mou, qui est inodore, incolore, insipide», a affirmé Renard.