/news/politics
Navigation

Sondage: Régis Labeaume serait réélu facilement pour un 5e mandat

À un an des élections, le maire peut rêver à un 5e mandat, s'il le souhaite, révèle un sondage Léger

Le maire de Québec, Régis Labeaume, «est encore bien en selle avec un score enviable à un an de l’élection municipale», constate le sondeur Christian Bourque.
Photo Didier Debusschère Le maire de Québec, Régis Labeaume, «est encore bien en selle avec un score enviable à un an de l’élection municipale», constate le sondeur Christian Bourque.

Coup d'oeil sur cet article

Après 13 ans en politique, Régis Labeaume obtiendrait toujours la faveur des citoyens s’il se présentait pour un cinquième mandat en 2021, et le tramway constitue le principal enjeu qui influence le choix des électeurs.

• À lire aussi: Entrevue avec Régis Labeaume: «Je suis absolument remplaçable»

C’est ce que démontre un sondage Léger effectué pour le compte du Journal. Il a été réalisé la semaine dernière, mais le dévoilement de ses résultats survient au moment où Régis Labeaume traverse une crise.

Le rapport du BAPE est très critique sur le tramway, et le gouvernement a décidé de ne pas y donner son aval à moins d’un changement de tracé.

Le sondage indique que le dossier du tramway est de loin le principal enjeu qui influence le choix des électeurs.

Le maire, qui a récemment évoqué la possibilité de passer le flambeau dans un an, aurait le vent dans les voiles s’il se laissait tenter par un nouveau mandat. 

  • Écoutez l'entrevue du VP chez Léger Christian Bourque avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Même après 13 ans en politique, il récolte encore largement la faveur populaire, révèle le coup de sonde. Si l’élection avait lieu aujourd’hui, 52 % des répondants voteraient pour Régis Labeaume.

De surcroît, le maire de Québec jouit d’une cote de popularité «enviable». En effet, 72 % des citoyens se disent satisfaits de son travail à la mairie.

«Il n’y a pas grand monde qui a déjà perdu une élection avec des résultats comme ceux-là», commente Christian Bourque, vice-président directeur chez Léger.

«Il y a quelque chose d’assez unique chez M. Labeaume d’avoir duré aussi longtemps avec des chiffres aussi positifs, alors qu’il y a bien des choses qui ont changé dans la ville de Québec depuis le temps. C’est assez exceptionnel», ajoute-t-il.

Prise de risque payante

Le maire a beau prendre position de façon tranchée et même «dure» dans des dossiers chauds, cela n’affecte pas sa cote d’affection, souligne le sondeur.

Il cite ses prises de bec avec Lévis et ses sorties contre les opposants aux mesures sanitaires, durant la pandémie, et qui en ont heurté certains.

«C’est un maire qui continue à prendre des risques et ça semble continuer à être payant pour lui.»

D’autres personnalités

Les électeurs ont aussi été sondés sur des personnalités quant à une éventuelle candidature à la mairie.

L’ancien ministre Sam Hamad, l’actuel chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, et l’entrepreneur Dominique Brown recueillent chacun 33 % d’appuis, suivis de près par l’ancienne bras droit de M. Labeaume Julie Lemieux et l’ex-ministre libéral Sébastien Proulx.

Cependant, quand on les place dans la balance avec la candidature de Régis Labeaume, leur poids diminue considérablement: 37 % choisiraient de réélire le maire actuel, contre 11 % qui octroieraient leur voix à Sam Hamad et 10 %, à Jean-François Gosselin.

Régis Labeaume, pour sa part, récolte la faveur des jeunes électeurs et des plus âgés.

Il est le favori dans tous les arrondissements de la ville, quoiqu’avec une marge moins élevée dans La Haute-Saint-Charles.

Sondage          

Meilleur maire pour la Ville de Québec  

  • Régis Labeaume 37 %   
  • Sam Hamad 11 %   
  • Jean-François Gosselin 10 %  
  • Dominique Brown 9 %   
  • Sébastien Proulx 5 %  
  • Julie Lemieux 5 %   
  • Jean Rousseau 3 %  
  • Bruno Marchand 1 %  
  • Ne sait pas/refus de répondre 19 %   

Intentions de vote aux prochaines élections  

  • Régis Labeaume 52 %   
  • Jean-François Gosselin 16 %  
  • Autre candidat 14 %  
  • Ne sait pas/refus de répondre 19 %   

Satisfaction envers le travail effectué par le maire  

  • 25 % Très satisfait          
  • 47 % Plutôt satisfait          
  • 16 % Plutôt insatisfait          
  • 10 % Très insatisfait         
  • 2% Ne sait pas/refus de répondre                    

Dossier ayant le plus d’influence sur l’intention de vote  

  • 29 % Les projets de transport en commun (Réseau structurant de transport en commun, etc.)          
  • 18 % La relance de l’activité économique          
  • 15 % Les taxes municipales et le budget de la Ville          
  • 9 % Les projets d’accès routier à la ville ou au centre-ville (3e lien)          
  • 7 % La qualité de l’environnement          
  • 6% La gestion de la pandémie de la COVID-19         
  • 5 % Le développement de la vie de quartier          
  • 4 % La lutte à la criminalité et la sécurité publique          
  • 1 % La propreté de la ville          
  • 1 % Aucun de ces dossiers          
  • 3 % Ne sait pas/refus de répondre                  

Méthodologie : Sondage web réalisé du 31 octobre au 4 novembre 2020 auprès de 500 résidents de la ville de Québec, âgés de 18 ans ou plus, recrutés aléatoirement à partir d’un panel en ligne. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 500 répondants aurait une marge d’erreur de 4,4 %, et ce, 19 fois sur 20. 

  

<b>Jean-François Gosselin</b><br /><i>Chef de l’opposition</i>
Photo d'archives
Jean-François Gosselin
Chef de l’opposition

Jean-François Gosselin est «au pied de l’Everest» s’il veut battre Régis Labeaume aux prochaines élections, croit le sondeur Christian Bourque.

Les intentions de vote à son égard sont de 16 %, soit moins que les 27 % qu’il avait obtenus au scrutin de 2017.

«La côte est encore assez haute pour M. Gosselin, notamment parce qu’il n’arrive pas à s’établir dans les quartiers-clés de la Ville.» Il a aussi de la difficulté à s’imposer dans son fief de Beauport, où les intentions de vote sont à 19 % en sa faveur et à 43 % en faveur du maire.

De plus, à la question «Souhaitez-vous que les personnes suivantes se présentent à la mairie de la ville de Québec?» Sam Hamad le surpasse de 1 %.

M. Bourque souligne que le fait que la population appuie le projet de réseau structurant a de quoi donner des maux de tête à Jean-François Gosselin, lui qui mise justement sur son opposition à ce projet pour gagner la faveur populaire à la prochaine élection à la mairie. 

L’insatisfaction des X de La Haute-Saint-Charles  

Année après année, l’insatisfaction envers le maire Régis Labeaume reste relativement stable, constate-t-on à la lecture du sondage Léger.

En effet, bon an mal an, le quart des sondés se disent insatisfaits de ses performances. Le chef de Québec 21 recueille l’appui de la moitié.

«Ces insatisfaits ont tendance à être plus des hommes, des vieux milléniaux de la génération X, qui se retrouvent beaucoup dans La Haute-Saint-Charles», dit le sondeur.

Au total, 30 % des sondés affirment qu’ils ne donneront pas leur vote au maire. À un an du vote, il reste un pourcentage d’indécis qui frôle les 20 %.

D’un autre côté, le maire de Québec recueille ses meilleurs appuis dans l’arrondissement Sainte-Foy–Sillery—Cap-Rouge, avec 62 %, et son plus haut taux de satisfaction, avec 84 %. 

Le tramway a plus d’influence que le 3e lien  

Le principal dossier qui a un effet sur les intentions de vote au municipal est le réseau structurant de tramway, démontre le sondage. Il est le premier sur la liste de près de 30 % des électeurs.

Pour le sondeur Christian Bourque, cela avantage le maire Régis Labeaume, qui en fait son cheval de bataille.

«Si le maire a la majorité des intentions de vote et que le dossier numéro un est le réseau structurant de transport en commun, c’est que même si le dossier est polarisant, on peut dire que pour l’instant, c’est un dossier qui pourrait jouer plus en faveur de M. Labeaume qu’en sa défaveur.»

En contrepartie, le troisième lien et l’accès routier au centre-ville influencent moins la décision des électeurs. «Ça monopolise certains des opposants de M. Labeaume, mais rien ne démontre qu’il est dans le trouble.»