/entertainment/movies
Navigation

Le cinéma: «Les salles sont sécuritaires»

Grand patron de Films Séville, Patrick Roy croit à un retour à la normale «de façon progressive»

Patrick Roy (Films Séville)
Photo d'archives, Ben Pelosse Patrick Roy est un des joueurs les plus importants de l’industrie du cinéma au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Sorties de films repoussées, fermeture temporaire des salles, popularité grandissante des plateformes de diffusion en ligne... L’industrie du cinéma a été chamboulée par la pandémie de COVID-19 au cours des derniers mois. Or, malgré cette année difficile et même si la date de réouverture des salles situées en zones rouges demeure inconnue, le président des Films Séville, Patrick Roy, est convaincu que le cinéma en salle peut revenir en force dès le début de 2021. Entretien.

Les salles de cinéma situées en zones rouges sont fermées depuis le 30 septembre. À quand, selon vous, leur réouverture ? 

« J’ai bon espoir que les salles rouvrent en décembre si la situation s’améliore d’ici là. Je suis optimiste pour la suite parce que j’ai l’impression que quand ça va repartir, ça risque de bien repartir. Je pense qu’en temps de pandémie, on a besoin de se changer les idées. C’est lourd de vivre cela et les gens ont besoin de s’évader. Le cinéma, le théâtre et les musées sont des lieux où les règles de la Santé publique ont été respectées. Il n’y a pas eu d’éclosion dans les salles de cinéma nulle part dans le monde. C’est sécuritaire. »

Quand peut-on envisager un retour à la normale dans les salles de cinéma ? 

« Pour moi, le retour à la normale va se faire de façon progressive. Quand les salles vont rouvrir, il va y avoir déjà plusieurs films intéressants qui vont sortir comme Maria Chapdelaine et Le Club Vinland. Cela va nous aider à rebâtir le chemin vers la normalité. Pour moi, la clé suivante, ça va être la disponibilité des films américains. Je pense qu’on va retrouver quelque chose de normal avec le retour en salle des blockbusters hollywoodiens. L’arrivée potentielle d’un vaccin, qui a été annoncée cette semaine, pourrait accélérer les choses au début 2021. Ça changerait tout.

Cela dit, quand on parle de retour à la normale, pour les cinémas, c’est différent que pour les salles de spectacles ou de théâtre. Les salles de cinéma ne sont jamais pleines sauf les soirs de fin de semaine et les dimanches pluvieux. Les cinémas peuvent réussir à vivre sans fonctionner à pleine capacité. »

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoît Dutrizac sur QUB radio:

Les studios américains ayant repoussé la majorité de leurs gros films plus tard en 2021, y a-t-il une occasion à saisir pour le cinéma québécois ?

« Je crois que oui. On a vu le bel élan qu’a eu un film comme La déesse des mouches à feu juste avant que les salles referment, à la fin septembre. Il y a une opportunité à saisir parce que c’est plus facile d’avoir des écrans et de les garder pendant plus longtemps. »

Vous avez lancé deux nouveaux films québécois – Suspect numéro un et Mon cirque à moi – lors de la réouverture des salles l’été passé. Quel bilan tirez-vous de la sortie de ces films en temps de pandémie ?

« Ça s’est très bien passé, même mieux que ce que l’on espérait. On est très satisfait des résultats de ces deux films. Je pense que le fait de les sortir rapidement après la réouverture nous a bien servis parce qu’on a vu que ça s’est compliqué par la suite (avec l’arrivée de la deuxième vague en septembre). »

Avec la popularité grandissante des plateformes de diffusion en continu (Netflix, Amazon Prime, etc.), faut-il s’inquiéter de l’avenir du cinéma en salle ? 

« Je n’ai pas d’inquiétude par rapport à cela. Pour moi, regarder un film à la maison n’est pas du tout la même expérience qu’aller au cinéma. Il y a quelque chose de plus enveloppant de voir un film dans une salle de cinéma. Je dirais que la plus grande inquiétude qu’on vit en ce moment, c’est par rapport à la survie des salles de cinéma. 

Je sais qu’il y a des négociations en ce moment avec le gouvernement Legault pour une aide financière pour les cinémas. Ça m’apparait essentiel. »

Certains distributeurs québécois ont lancé leurs propres plateformes de diffusion en ligne pendant la pandémie. Avez-vous évalué cette possibilité ?

« Non. Je ne crois pas que c’est quelque chose qui peut être rentable. On préfère travailler avec des plateformes qui sont déjà bien établies [illico, Bell, iTunes...]. »

Avec la fermeture des salles, les derniers mois ont forcément été difficiles financièrement pour les distributeurs. Avez-vous été forcés de mettre à pied des employés chez Séville ?

« Chez Séville, on est chanceux parce qu’on fait partie d’une grosse entreprise (eOne) qui a les reins solides. Je me sens extrêmement privilégié de pouvoir dire qu’on n’a pas fait de mise à pied liée à la COVID-19. Mais je sais que c’est une situation qui n’est pas facile pour les propriétaires de salles et les distributeurs. Les petites boîtes de distribution sont fragiles. Elles se retrouvent sans revenu pendant plusieurs mois. Mais là où il y a de l’espoir, c’est que les tournages ont repris. Plusieurs longs métrages québécois qui ont été tournés depuis devraient pouvoir sortir en 2021. On avance vers quelque chose de positif et c’est encourageant. » 

BIO    

  • Nom : Patrick Roy   
  • Profession : Il occupe depuis 2013 le poste de président de Films Séville, l’une des plus importantes compagnies de distribution de films au Québec. Séville est une filiale de l’entreprise eOne (Entertainment One). Également président de la distribution cinéma mondial de eOne, M. Roy supervise les activités de eOne Films partout dans le monde. 
  • Impact : Œuvrant dans le milieu de la distribution depuis plus de 25 ans, Patrick Roy a joué un rôle clé dans la sortie de plus de 200 films québécois dont Menteur, De père en flic et Bon Cop, Bad Cop.