/portemonnaie/lifestyle
Navigation

[Vidéo] Que faut-il savoir avant de devenir travailleur autonome ?

Se lancer à son compte

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit pour arriver à payer le prochain loyer ou pour en faire un mode de vie jusqu’à la retraite, la situation actuelle en incite plus d’un à devenir travailleur autonome.

Entre le plaisir et les défis, voici quelques éléments dont il faut tenir compte avant de se lancer à son compte :

En devenant travailleur autonome, on quitte le monde des salariés, c’est-à-dire d’être lié par contrat à un employeur. Il s’agit d’une décision grisante qui comporte un lot de responsabilités puisque plusieurs volets de la vie financière ne sont plus assumés par l’employeur.

Fond d’urgence : se faire son propre filet 

Que l’on soit salarié ou non, il est toujours prudent de prévoir un coussin financier qui équivaut à environ 3 mois de salaire. En cas d’imprévu, il permet de payer les factures sans trop paniquer. 

En tant que travailleur autonome, cela est d’autant plus vrai. Un fond d’urgence ou une marge de crédit permet de réduire le stress d'attendre les chèques coincés dans la poste ou de patienter d’ici la prochaine occasion d’affaires.

Vacances : prévoir sa paie de vacances 

Le travail autonome peut être un long sentier solitaire. Il est important d’entretenir une vie sociale et d’interagir régulièrement avec son entourage pour éviter de souffrir de solitude.

Dans la même veine, il faut également prévoir du temps pour prendre de vraies vacances. Une période d’accalmie entre deux contrats n'est pas des vacances. Il s’agit souvent d’un moment utilisé pour faire du démarchage de client ou pour peaufiner son offre. En prévoyant une vraie pause – et l’équivalent d’une paie de vacances, on veille à sa bonne santé mentale et financière. 

Après tout, le travail autonome, c’est aussi une question d’équilibre

Retraite : planifier jusqu’au bout 

La planification financière du travailleur autonome va jusqu’à la retraite. Si en tant que salarié on bénéficiait d’un régime de retraite ou d’épargne collectif pour les vieux jours et qu’on s’en tenait à des virements automatiques sur chaque paie pour bâtir son épargne, en tant que travailleur autonome, on doit tout faire soi-même. 

Heureusement, on peut compter sur l’aide d’un planificateur financier pour établir un plan réaliste et se garder une place au soleil. 

En somme, le travail autonome est une merveilleuse aventure. Il suffit de bien s’y préparer et d’oser suivre ses rêves ! 

En collaboration avec

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux