/sports/baseball
Navigation

Baseball majeur: une femme devient DG

Baseball majeur: une femme devient DG
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Kim Ng a écrit une page d’histoire, vendredi, alors qu’elle est devenue la toute première femme à être nommée directrice générale d’une équipe du baseball majeur. Il s’agit aussi d’un fait marquant dans l’histoire du sport professionnel en Amérique du Nord, toutes disciplines confondues.

• À lire aussi: «Ça ouvre la porte» -France Margaret Bélanger

L’Américaine de 51 ans, qui est d’origine chinoise, a été embauchée pour ce poste prestigieux par les Marlins. Ayant grandi dans les régions de New York et du New Jersey, la femme compte déjà plus de 30 ans d’expérience dans le baseball majeur. Elle a œuvré, depuis 1990, avec les White Sox de Chicago, les Yankees de New York et les Dodgers de Los Angeles, majoritairement dans un rôle d’assistante directrice générale, avant de se joindre aux hautes instances du baseball majeur.

«J’ai fait mon entrée dans le baseball majeur comme stagiaire et, après des décennies de détermination, c’est le plus bel honneur de ma carrière de pouvoir mener les Marlins de Miami à titre de directrice générale», a commenté Ng, par le biais du compte Twitter de l’équipe, qui a d'ailleurs mis à jour sa photo de profil avec celle de la femme.

«Comme directrice générale des Marlins, elle est, croit-on, la première femme à être embauchée pour occuper la position de directrice générale par une équipe professionnelle masculine dans un sport majeur en Amérique du Nord», a pour sa part tenu à souligner, à juste titre, l’organisation floridienne.

Une inspiration pour plusieurs

Une telle nomination a évidemment été saluée par de nombreuses personnes impliquées dans le sport professionnel. Les Québécoises France Margaret Bélanger, qui occupe le poste de vice-présidente exécutive et chef des affaires commerciales avec le Canadien de Montréal, de même que Catherine Raîche, coordonnatrice aux opérations football chez les Eagles de Philadelphie (NFL), s’en serviront notamment d’inspiration.

«C’est une excellente nouvelle pour le sport professionnel dans son ensemble et une excellente nouvelle également pour les femmes qui oeuvrent dans le sport professionnel», a d’abord résumé France Margaret Bélanger.

«La clé dans tout ça c’est que Kim Ng a les compétences, a ajouté Catherine Raîche, bien au fait du parcours de cette femme. J’espère qu’on la considérera d’abord et avant tout comme DG et non pas comme femme DG, si vous voyez ce que je veux dire. J’ai hâte d’entendre ses plans pour la composition de l’équipe et ses plans pour gagner un championnat.»

À la belle époque d’Éric Gagné

À propos de ses expériences du passé, il est intéressant de rappeler que Kim Ng était notamment assistante au directeur général chez les Dodgers de Los Angeles durant les belles années du lanceur québécois Éric Gagné. Elle avait d’ailleurs été impliquée directement dans les négociations quand Gagné avait perdu sa cause en arbitrage en 2004. C’était à une autre époque... On avait alors octroyé à l’artilleur un salaire de 5 millions $, tandis que l’agent Scott Boras cherchait à obtenir 8 millions $ pour son client.

«Ce n’est pas plaisant, c’est une étape difficile pour tout le monde, autant pour les joueurs et les agents que pour les clubs», avait qualifié Ng, à propos de l’arbitrage, dans un texte publié à l’époque par le Los Angeles Times.

C’était il y a plus de 15 ans et les expériences n’ont jamais cessé de s’accumuler depuis pour Kim Ng. Avant de devenir la directrice générale des Marlins, la femme a d’ailleurs fait partie des processus d’embauche pour les postes de DG de nombreuses équipes dans les dernières années, mais jamais un club n’avait osé lui offrir l’emploi. Décidément, ce poste de directrice générale des Marlins, elle ne l’a pas volé.

«Mon objectif est d’amener un championnat à Miami, a également lancé Ng, vendredi, en commentant son embauche. Je suis humble et déterminée à continuer de construire la culture gagnante que nos partisans espèrent et méritent.»