/misc
Navigation

Ces tribunaux qui attendent le citoyen Trump

Donald Trump
Photo AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Même si le président Trump est vaincu, il refuse toujours de l’admettre et l'un de ses conseillers va jusqu’à affirmer qu’il travaille déjà à établir les priorités de son second mandat.

Peu importe cette trop longue phase de déni de l’évidence, Donald Trump devra avoir plié bagage pour le 20 janvier. On peut penser qu’une fois qu’il aura surmonté sa déception, il retrouvera avec grand plaisir le confort de la Trump Tower ou de Mar-a-Lago. 

Pas impossible non plus qu’il puisse monnayer son passage à la Maison-Blanche en développant un nouveau concept d’émission pour un réseau existant ou qu’il ait recours au numérique pour lancer sa propre chaîne. Parmi les 72 millions d’Américains qui ont voté pour lui, il s’en trouve probablement un nombre suffisant qui seraient prêts à débourser quelques dollars mensuellement pour continuer à écouter leur meneur.

Au-delà de ses multiples projets, le citoyen Trump sera probablement forcé de se soulager de quelques deniers pour assurer sa défense devant les tribunaux. S’il a pu jouir de l’immunité pendant les quatre dernières années, on connaît quelques procureurs qui attendent toujours d’en découdre avec lui. 

Rien ne permet d’affirmer que Donald Trump sera déclaré coupable à la fin de toutes ces procédures ou qu’on lui imposera une peine de prison. Attendez-vous cependant à beaucoup d’action. Ceux qui croient que le président sortant est un arnaqueur qui a échappé à la justice trop souvent vont démontrer une détermination farouche et, cette fois, William Barr ne lui sera d’aucun secours.

Voici un bref rappel des principales causes dont vous risquez d’entendre parler après le 20 janvier. 

  1. Le procureur de Manhattan Cy Vance pourrait bien plonger son nez dans les affaires personnelles de Donald Trump. Vous vous souvenez de l’argent versé pour acheter le silence d’anciennes maîtresses? Ce dossier n’est pas clos, même si son ancien avocat Michael Cohen s’est retrouvé derrière les barreaux. 
  2. La procureure générale de New York Letitia James se penche plutôt du côté de la gestion de l’Organisation Trump. On pense cette fois à des manipulations frauduleuses pour obtenir des prêts ou échapper à certains impôts. 
  3. Le District of Columbia et la Virginie font toujours valoir que le président a enfreint la clause des émoluments de la Constitution en acceptant des cadeaux de représentants étrangers. Ces cadeaux prennent la forme de réservations dans les hôtels Trump. Pour plaire au président américain, on provoque une compétition déloyale pour les autres chaînes hôtelières. 
  4. Donald Trump est également poursuivi en diffamation dans des histoires liées à du harcèlement ou des agressions à caractère sexuel. 
  5. Le service des impôts américain s’intéresse de près aux déclarations de revenus du président. L’histoire, d’abord révélée par le New York Times, bénéficiera d’un second souffle une fois le mandat terminé.  

Je m’arrête ici, mais sachez que cette liste n’est pas exhaustive. D’autres causes vont remonter à la surface et les démêlés de Donald Trump vont continuer à défrayer la chronique. 

Ses partisans les plus farouches agiteront encore l’épouvantail de l’État profond, mais, pour le reste de la population américaine, toutes ces histoires constitueront un rappel que celui qui a dirigé les États-Unis entre 2017 et 2021 n’était guère différent de celui qui a toujours mené sa vie et ses affaires à la limite de la légalité.